Tshopo: lancement de la campagne pour la retenue à 15℅ de l’impôt locatif

0
97

Le Gouvernement de la province de la Tshopo a lancé une vaste campagne de sensibilisation au civisme fiscale à Kisangani, le weekend dernier. Il s’agit de la campagne d’identification, recouvrement des impôts, droits, taxes et redevances provinciales ainsi que de la vente des plaques d’immatriculation pour moto et plaque de numérotation parcellaire.

En ce qui concerne l’impôt locatif, les autorités provinciales annoncent un prélèvement à hauteur de 15% du prix du loyer. Ainsi le locataire sera obligé de retenir ces 15% du montant de loyer, qu’il devra verser chaque mois à la Direction Générale des Recettes de la Province de la Tshopo, (DGRPT), a indiqué le Gouverneur de la province, lors de la cérémonie du lancement de la campagne.

Au cour de la cérémonie, le Directeur Général de la DGRPT, Jean Jacques Kalome a décrié l’incivisme fiscal qui a élu domicile dans la Tshopo. 

« À travers nos différents rapports qui parviennent des équipes sur le terrain, je fais le constat selon lequel, ce sont les notables, les autorités politico-administratives, les sénateurs, les députés nationaux et provinciaux qui refusent de payer l’impôt et taxe sans en être exonéré » a dit Jean-Jacques Kalome.

Pour sa part, le gouverneur de province Wale Lufungula a invité  la population de la Tshopo à participer dans la mobilisation des recettes à travers le paiement des impôts et taxes pour le développement de la dite province.

« Le paiement des impôts et taxe permettra à l’exécutif provincial de reconstruire la ville de Kisangani en particulier et la Tshopo en général » a-t-il souligné. 

Tshopo, une vaste province issue de la grande orientale connaît aujourd’hui des sérieux problèmes pour son décollage par manque des moyens financiers. Les infrastructures routiers et l’électricité restent deux problèmes majeurs qui bloquent son développement. Pour palier à cette situation, il faut lutter contre l’incivisme fiscal.

Nicole ETETE/Kisangani

Article précédentProgramme de 100 jours: l’ODEP dénonce le surfinancement et la double facturation de certains projets
Article suivantProjet Inga 3 : la BAD et la RDC discutent sur la feuille de route de mise en œuvre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici