Corruption: Sous sanctions américaines, l’entreprise nord-coréenne “Congo aconde” a mené des activités commerciales en RDC

0
778

En janvier 2018, MM. Pak et Hwang deux sujets nord coréens ont obtenu des visas non-commerciaux de visiteurs émis par l’ambassade congolaise au Cameroun. Ces deux coréens ont participé à des opérations qui iraient à l’encontre des sanctions de l’Union européenne, de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et des États-Unis. Malgré de strictes interdictions internationales, ces personnes ont réussi à ouvrir un compte bancaire pour leur société, Congo Aconde, et ont mené des travaux dans le pays. 

Parmi ces projets, Congo Aconde a décroché un contrat pour ériger des statues dans une de province isolée, une activité interdite de manière explicite par des sanctions onusiennes adoptées en 2016. Des fonds publics congolais auraient financé les statues, ce qui est également contraire aux sanctions onusiennes. L’activité de Congo Aconde a notamment attiré l’attention de plusieurs éminents hommes politiques congolais membres du parti politique de l’ancien président Joseph Kabila, et certains d’entre eux se sont même entretenus avec les hommes d’affaires nord-coréens. 

La RDC, pays des blanchiments des capitaux

Au travers de son enquête, The Sentry soulève des questions importantes concernant l’application des sanctions sur la Corée du Nord, tout en démontrant comment de nombreux membres du gouvernement congolais et plusieurs banques ont manqué à leur devoir de vigilance en ce qui concerne Congo Aconde. Ces mêmes erreurs ont permis à l’entreprise de mener des opérations interdites en RDC et ont exposé le système financier international à des risques importants. En termes spécifiques, Congo Aconde a obtenu un compte libellé en dollars américains auprès de la filiale congolaise d’Afriland First Bank, une institution siégeant elle-même au Cameroun.

lire aussiRDC-blanchiment des capitaux: Afriland First Bank coopère avec des entreprises sanctionnées par l’ONU et les USA (Enquête the sentry)

Le compte a permis à l’entreprise de déplacer ses fonds au plan international par le biais de la BMCE Bank International, identifiée dans des documents consultés par The Sentry comme le partenaire bancaire désigné pour traiter des transactions en dollars et en euros pour le compte de Congo Aconde en RDC. Les programmes de sanctions visant la Corée du Nord tentent principalement d’interrompre son accès au système financier international car les revenus générés à l’étranger peuvent à terme servir à financer son programme d’armes de destruction massive.

L’accès aux services bancaires obtenu par Congo Aconde pourrait donc constituer une menace à la paix et à la sécurité internationales plutôt qu’une simple inattention. Le dossier Congo Aconde est un appel lancé aux banques, aux gouvernements et aux institutions multilatérales pour empêcher les violations de sanctions en RDC. La faiblesse des systèmes internes de contrôle et des mécanismes de surveillance en RDC y attirent des personnes tentant d’échapper aux sanctions. Le secteur bancaire congolais et l’économie nationale sont ainsi exposés à des risques importants.

The Sentry est une équipe d’enquêteurs qui suit l’argent sale lié aux criminels de guerre africains et aux profiteurs de guerre transnationaux et cherche à exclure ceux qui bénéficient de la violence du système financier international.

Rédaction 

Article précédentRDC-blanchiment des capitaux: Afriland First Bank coopère avec des entreprises sanctionnées par l’ONU et les USA (Enquête the sentry)
Article suivantRDC: Plusieurs cadre du PPRD en connivence avec les opérateurs économiques nord-coréens sous sanctions américaines (Rapport)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici