RDC: le parlement envisage l’examen du collectif budgétaire avant le débat général du projet de loi de finances 2021

0
1255
Photo: Hémicycle de l'Assemblée Nationale de la RDC

Attendu depuis plusieurs mois, le collectif budgétaire appelé aussi loi de finances rectificatives, pourrait être examiné à la session de septembre.

Selon plusieurs sources du gouvernement, le document est prêt. Bientôt, il sera déposé officiellement au bureau de l’assemblée nationale. Au cour d’une conférence de presse animée mardi 15 juin à Kinshasa, le représentant du Fonds monétaire international (FMI)en RDC est revenu sur l’importance de cette loi, au regard de la situation économique actuelle.

Cependant, l’agenda du Parlement devient trop chargé. Il faut par exemple 60 jours, dont 40 à l’assemblée nationale et 20 au Sénat pour voter la loi de finances 2021. En dehors du collectif budgétaire et de la loi de finances 2021, il y aura l’examen du projet de loi portant reddition des comptes pour l’exercice 2019.

Des indicateurs au rouge

Au niveau interne, les autorités ont revu à la baisse par deux fois le taux de croissance. D’abord à -1,9%, puis à -2,4% contre une prévision initiale de 5,4% pour l’année 2020. Ainsi, “suite à la chute de la croissance, la pression fiscale est passé de 14% à 8%”, indique le Ministère du Budget.

La monnaie locale, qui est le franc congolais s’est déprécié face au dollar américain, jusqu’à atteindre 21,1%. “L’inflation pourrait atteindre 20% à la fin de l’année”, selon le FMI

De même, le taux de croissance mine a été revu à -2,2% et le PIB nominal a également connu une baisse d’environ 1 milliards USD. Il s’établit à 50 milliards USD, contre 51 milliards USD initialement prévus. 

Conséquences, les recettes propres mobilisées par les régies financières, ont connu une réalisation de 1,832 milliards USD de janvier à août 2020. Tandis que les appuis budgétaires mobilisés ont atteint 383 millions USD. 

Certains experts renseignent que le niveau des recettes à fin décembre pourrais 4 milliards USD.

PM

Article précédentRDC-Énergie : les investisseurs australiens envisagent de développer l’industrie verte
Article suivantKinshasa: au cimetière de kinkole, l’érection d’une pierre tombale taxée illégalement à 40.000 FC

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici