[Exclusif] RDC : Maweja Muteba et les 12 comptes bancaires fictifs du Kasaï-Oriental (Tome 1)

2
781
Photo: Jean Maweja Muteba, Gouverneur du Kasaï-Oriental et cadre de l'UDPS

L’affaire fait grand bruit dans la province du Kasaï-Oriental, fief électoral du Président de la République, Félix Tshisekedi. Au terme d’une mission d’enquête parlementaire, l’assemblée provinciale révèle la mauvaise gestion de l’actuelle gouverneur Maweja Muteba. L’unique exécutif provincial issus du parti au pouvoir, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), au terme du cycle électoral de 2018.

Le rapport de 106 pages, que Tsieleka a consulté, pointe aussi des faits des détournements de denier public par l’ex-gouverneur Ngoy Kasanji. D’autant plus que les parlementaires, dans leurs méthodologies ont voulu faire un état de lieu de la gouvernance de la province du Kasaï-Oriental de 2015 à Juillet 2020.

Soumis à la plénière de Mercredi 28 octobre dernier pour débat, les émeutes ont éclaté aux abords de l’assemblée provinciale. Le président du bureau a été convoqué en urgence à Kinshasa. Toutes les émissions à caractère politique ont été suspendu. Le climat de terreur règne à travers la province, indiquent les acteurs de la société civile.

Tsieleka relais en exclusivité ce rapport du contrôle parlementaire en quatre volet. Une première dans la province, qui étale des pratiques des malversations financières.

Violation des procédures des marchés publics

Selon les enquêteurs la gestion du Gouverner jean Maweja Muteba est caractérisée par, le non-respect de procédure relatives aux marchés publiques. Dans leurs démarches, les députés provinciaux découvrent 16 personnes bénéficiaires des contrats de consultance sans avoir gagnées valablement les marchés publics. Un montant de 19 millions de franc congolais a été payé dans l’opacité totale.

“Les sommes payées sont les résultats du détournement de derniers publics dans le chef du gouverneur Jean Maweja. Fait réprimé par le code pénal livre II, article 145”, indique l’équipe de 6 parlementaires membres de la commission.

Le rapport révèle également la rémunération de 104 agents sans affectations. “Votre commission a constaté que le budget de la province est sulfoné, à cause des ordonnances de 104 agents fictifs. Il s’agit des personnes rémunérées sans justifications juridiques”. La commission note ici la violation de la loi relative aux finances en ses articles 203 et 204.

Des comptes bancaires fictifs

Pour la commission parlementaire, le gouverneur Maweja viole intentionnellement le règlement général de la comptabilité publique.

Le gouvernement provincial dispose de 12 comptes dans différentes banques, précisent-ils. D’abord ouverts à la BCDC avec 4 comptes, dont deux pour les recettes et deux autres pour les dépenses en dollar et en franc congolais. Ensuite, la TMB dispose de quatre comptes : deux pour la gestion du fonds covid-19 et deux autres pour autres choses. Enfin la Rawbank a six comptes de la province, dont l’un transitoire et 5 autres pour les recettes et les dépenses.

“Votre commission n’a pas trouvé des explications précises soutenant la nécessité de ces comptes bancaires par l’exécutif”, souligne le rapport.

Par ailleurs, aucun livre de banque n’est disponible, pas de relevé bancaire non plus. Les comptables publics attitrés n’accèdent pas aux différents comptes bancaires, poursuit le rapport. La comptabilité n’est pas mise à Jour.

Mauvaise gestion de la caisse

De passage au gouvernorat de la province, les députés provinciaux ont constaté la mauvaise gestion de la caisse du gouverneur. Dans l’exercice de rapprochement ces derniers ont révélé qu’en date du 19 août la caisse disposait de USD 103,00 avec un écart de 20,00 USD. En franc congolais, la caisse avait 366.241.500 avec un écart de 260 986 680.

“Ces montant ont été trouvé dans les coffres forts et non enregistré dans les outils de gestion. Ce qui constitue une faute grave de gestion”, soulignent-il.

Et d’ajouter, “les clés des coffres forts de la province sont gérées par le comptable de la dépense, et celui des recettes ne se contente seulement des informations financières, qu’il reçoit de son collègue. La comptabilité n’est pas clôturée à la fin de la journée et elle n’est pas informatisée”.

[Lire la suite à 13 heures]

PM

Article précédentRDC-Exonération: Sele Yalaghuli contredit l’IGF et parle d’une perte de 1 milliard USD en moyenne annuelle
Article suivantRDC: 60% des membres de cabinet de Sylvestre Ilunga sont issus de sa famille biologique (Okito Lutundula)

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici