Gouvernance: en neuf mois, la RDC perd 300 millions USD des réserves de change, plonge en situation de crise de la balance des paiements

0
807

En République Démocratique du Congo, les réserves de change continuent sa chute. “Elles ont connu une baisse de 12,92% par rapport à fin Août 2020 pour se situer à 700 millions USD à fin septembre dernier”, annonce la Banque Centrale du Congo.

Le 11 septembre, les réserves de change étaient évaluées à 834,52 millions USD. Une semaine auparavant,  la BCC les chiffrait à 809,37 millions USD au 28 août 2020”. Ces opérations creusent un écart de 134 millions USD, à l’espace d’un mois.  

Cependant, en le comparant à son niveau de janvier 2020 de 1 milliards USD, la perte est de 300 millions USD, en 9 mois. Pourtant les réserves de change sont donc une épargne permettant à un pays de continuer à importer malgré les aléas du commerce international. Le Fonds Monétaire International (FMI) a aidé le pays par deux fois à stabiliser cette balance des paiements.

lire aussiRDC: en sept jours, l’Etat perd 103,75 millions USD des réserves de changes, franchit la zone rouge

L’Etat dépense au delà de ses moyens

Le niveau des réserve de change correspond à 2,5 semaines d’importation des biens et services sur ressources propres. Alors que le minimum requis est de 3 mois d’importations, dans le cadre des critères de convergence macroéconomique de la SADC et du COMESA. La BCC attribue cette chute libre à son intervention pour atténuer les pressions sur les marchés.

Face à cette situation, la RDC fait face à une situation de crise de la balance des paiements. Dans ce cas, l’Etat est obligé à réduire ses importations. Car, il n’a plus les moyens de les payer.

Selon certains économistes, une crise de la balance des paiements est une situation dans laquelle une personne dépense plus qu’elle n’a de revenu mais qu’elle ne trouve plus de prêteur et qu’elle a épuisé toute son épargne. “Les opérations financières de l’Etat se sont soldées par un déficit de 97,8 milliards de FC. Il résulte des recettes de 675,4 milliards CDF et des dépenses de 773,3 milliards CDF”, affirme la BCC.

lire aussiRDC: le déficit public se creuse davantage et franchit 886 millions USD en sept mois

Risques de fluctuation du taux de change

Même si la BCC se félicite de la stabilité du taux de change, les inquiétudes demeurent. “En septembre, la monnaie nationale a enregistré une dépréciation mensuelle de 0,01% à l’indicatif et 0,16% au parallèle. Les taux de change se sont situés à 1.961,10 CDF le dollar US et 2.014,17 CDF respectivement”, a indiqué l’institution d’émission dans son communiqué du 8 octobre.

Avec un taux taux de change instable, la RDC a besoin des réserves de change. En les utilisant, la Banque centrale peut influer sur les taux de change. Par exemple, si la Banque Centrale vend des dollars qu’elle a en réserve et achète des francs congolais, cela conduit à une appréciation du franc congolais par rapport au dollar.

Les statistiques de la BCC démontrent que le décor du chaos est donc déjà planté. Le respect du pacte de stabilité monétaire, signé en Août dernier, est donc important.

Cette situation de la baisse des réserves de change pourrait s’accompagner d’un plongeon de la consommation et d’investissements. Ce qui entraînerait une baisse de la croissance et d’une hausse du chômage.

PM

Article précédentRDC-Rentrée scolaire 2020-2021: 58.000 enseignants NU alignés à la paie du mois d’octobre
Article suivantRDC: le gouvernement envisage ce mardi d’emprunter de 15 milliards CDF sur le marché intérieur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici