RDC: le gouvernement lance officiellement le CAB5, financé à hauteur de 92 millions USD

0
827

Financé à la hauteur de 92 millions USD, il prévoit, en outre, l’interconnexion sous-régionale des 11 pays. Il sera géré par le Comité de pilotage de la réforme des entreprises publiques (Copirep), qui s’attelle pour la réalisation de la troisième phase de ce projet prévu à être déployer notamment dans l’Est de la RD Congo.

L’objectif de développement de la cinquième phase du projet du programme Central African Backbone (CAB5) pour la République démocratique du Congo (RDC) est de contribuer à augmenter la portée géographique et l’utilisation de l’infrastructure régionale à large bande. Ensuite de réduire le prix des services pour permettre à un plus grand nombre de personnes en RDC d’accéder aux services des technologies de l’information et de la communication. 

Le projet comprend trois composantes. La première composante, l’émergence d’une économie numérique inclusive. Il soutiendra le ministère des postes, des télécommunications et des nouvelles technologies de l’information et de la communication pour permettre et accélérer l’émergence d’une société de l’information et la croissance de l’économie numérique. Tout en soutenant les compétences en matière de technologies de l’information et de la communication (TIC), créer de nouvelles opportunités commerciales pour les entreprises locales de TIC, et promouvoir le secteur des TIC et la numérisation de l’économie du bénéficiaire. 

Le deuxième volet, la construction, la gestion et la commercialisation de l’infrastructure CAB5 par le biais d’un partenariat public-privé (PPP). Cette étape aidera le ministère du portefeuille à déployer des réseaux interconnectés pour former un réseau régional avec une combinaison d’interventions couvrant les investissements axés sur l’amélioration de la connectivité.

Le troisième volet, environnement favorable et efficacité réglementaire, soutiendra l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo (ARPTC) pour renforcer et consolider ses outils réglementaires et sa capacité à promouvoir la poursuite de la réforme du secteur.

Tsieleka

Article précédentRDC: prestation de serment des juges de la cour constitutionnelle: les services de la présidence ont récupéré les clés de quelques salles du parlement
Article suivantRDC : après la covid-19, le gouvernement table sur une croissance économique de 5,2% en 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici