Comment les hommes d’affaires nord-coréens impliqués dans des malversations financières opèrent en RDC

0
931
Photo: un carrefour de Kolwezi aménagé par Congo Aconde

Congo Aconde, une entreprise de services de construction dirigée par deux ressortissants nord-coréens, a entrepris des activités non signalées dans la ville sud-est de Kolwezi, la capitale de la province de Lualaba.  

“L’engagement des fonctionnaires auprès de l’entreprise, a été effectué en violation des sanctions mises en œuvre en 2016 par l’Union européenne (UE), Nations Unies (ONU) et États-Unis”, souligne un rapport de janvier 2021 de l’équipe d’enquêteurs de “The Sentry” parvenu à Tsieleka.

Selon les enquêteurs, ces révélations, ainsi que des indications selon lesquelles les filiales de Korea Paekho Trading Corporation ont opéré en Afrique de l’Ouest et centrale soulève des questions importantes sur l’application des sanctions contre la Corée du Nord. 

En particulier, ils démontrent comment les acteurs nord-coréens exploitent des contrôles institutionnels faibles et des juridictions avec des niveaux élevés de corruption, un modèle que d’autres briseurs de sanctions ont suivi.

lire aussi- Corruption : une entreprise nord-coréenne sous sanctions internationales utilise Afriland First Bank pour gagner des marchés publics en RDC

Des marchés gagnés en toute opacité

En mai 2016, le maire de Kolwezi, la ville au cœur de l’extraction du cuivre et du cobalt en RDC, a lancé une campagne d’amélioration. « Dans une allocution prononcée depuis un important rond-point, la mairesse Véronique Upite Kamina a noté qu’elle bureau avait déjà conclu des partenariats avec des entreprises privées à cette fin », ont indiqué les enquêteurs.

Près de deux ans plus tard, le maire et son adjoint, Jacques Masengo Kindele, ont visité la ville avec deux personnes bureau décrites comme des «investisseurs coréens» pour discuter de divers projets d’embellissement. Les photographies de la visite montrent des responsables s’entretenant avec les actionnaires de Congo Aconde, Pak Hwa Song et Hwang Kil Su, tous deux ressortissants nord-coréens. 

La société était présente à Kolwezi jusqu’en novembre 2019. Plus particulièrement, Congo Aconde a construit un monument élaboré au même rond-point où le maire a lancé pour la première fois le «Kolwezi ville propre» (Kolwezi CleanCity) campagne de nettoyage en 2016.

Le rond-point célèbre le patrimoine minier de la ville et présente des statues, des fontaines, et autres éléments décoratifs. De plus, l’entreprise a construit une tribune et un parc adjacent décoré de parterres de fleurs et de cascades artificielles. Des preuves circonstancielles suggèrent que la société a également construit une statue de l’ancien président Laurent-Désiré Kabila, semblable à celui qu’il a érigé à Kamina, la capitale de la province voisine du Haut-Lomami.

Selon un document examiné par The Sentry établissant le budget 2018 du gouvernement Kolwezi, la ville a consacré environ 102 000 $ cette année-là pour réhabiliter les ronds-points, les jardins et les espaces verts en bordure de route. Cette liste de projets dans le document budgétaire correspond aux travaux entrepris par Congo Aconde au cours de la même période.

Tsieleka.com

Article précédentCorruption : une entreprise nord-coréenne sous sanctions internationales utilise Afriland First Bank pour gagner des marchés publics en RDC
Article suivantRDC : l’OCC s’engage à œuvrer pour la sécurité économique et de la santé de la population, au cours de l’exercice 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici