Bukanga-Lonzo : le principe de passation du marché de gré à gré était justifié [Matata Ponyo]

0
515

L’ancien premier ministre de Joseph Kabila, Augustin Matata Ponyo a donné sa version de fait ce vendredi 12 février sur la gestion du projet Bukanga-Lonzo. Une sortie médiatique, qui intervient après avoir été mise en cause dans la gestion dudit  projet par l’inspection générale des finances (IGF).

En ce qui concerne la passation du marchés public, « le principe  de gré à gré était justifiable pour plusieurs raisons », affirme Matata Ponyo.  

Parmi ces raisons figurent la mise en œuvre du concept PAI qui nécessitait une entité disposant des compétences au-delà d’activités agro-industrie. Et africom était un consortium de 15 entreprises couvrant pratiquement tous les domaines d’activités compris dans le PAI. Il précise enfin que le recours au gré à gré s’est fait avec l’accord du Président de la République.

Matata Ponyo n’a pas reçu le rapport d’audit

Revenant sur la version de L’IGF qui affirmait avoir remis une copie du rapport au premier ministre honoraire. 

« C’est faux, l’IGF ne m’a jamais transmis la partie du rapport me concernant. l’IGF a effectivement réalisé le contrôle. Elle m’a transmis une feuille d’observations relative à la conception et à la gestion dudit projet. Avec mes éléments de réponses du 11 et 18 novembre 2020, j’ai fait des recommandations pertinentes devant permettre à la mission d’éclairer l’opinion sur ce dossier tant politisé.Après avoir suivi le responsable de l’IGF sur les réseaux sociaux donnant ses conclusions de manière sensationnelle. J’ai reçu de l’IGF une note synthèse des éléments du rapport de mission sur la gestion du parc  agro-industrie», affirme Matata Ponyo.

Pour le premier ministre honoraire, les conclusions de cet audit de l’IGF sont effectivement politiques…il y a plusieurs insuffisances techniques et professionnelles des conclusions de l’IGF. 

Selon les conclusions de quatre journalistes indépendants qui ont mené une enquête professionnelle, fouillée sur ce dossier, seul le ministre des finances Yav Mulang est responsable de la débâcle du parc agro-industriel.

Tsieleka.com

Article précédentRDC-Bukanga Lonzo: Matata Ponyo remet en cause le rapport d’audit de l’Igf, le qualifiant de politique
Article suivantRDC: les sud-coréens envisagent l’installation des usines de montage des véhicules Hyundai et Daewoo au Kongo central

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici