Cuivre-Cobalt: après son accord avec les USA, la RDC veut revoir le contrat de 6,2 milliards $ signé avec la chine

0
131
Photo: Félix Tshisekedi à Davos, en Suisse

Le président Félix Tshisekedi poursuit sa campagne auprès des partenaires pour montrer que la RDC dispose d’opportunités d’investissements. A Davos, ce dernier a aussi annoncé son intention de revisiter le contrat chinois (minerais contre infrastructures), signé par son prédécesseur Joseph Kabila en 2008, pour un montant de 6,2 milliards de dollars.

“Les Chinois ont gagné beaucoup d’argent et beaucoup de profits avec ce contrat. Maintenant, notre besoin est simplement de rééquilibrer les choses de manière à ce que cela devienne gagnant-gagnant”, a déclaré Tshisekedi dans une interview au Forum économique mondial de Davos, en Suisse et publiée par Bloomberg.

L’accord avec la Chine a été signé à un moment où le Congo émergeait de décennies de dictature et de guerre et où le président nouvellement élu, Joseph Kabila, avait désespérément besoin de financement. Il a exigé que les entreprises chinoises investissent 3,2 milliards de dollars dans une mine de cuivre-cobalt et 3 milliards de dollars supplémentaires dans des infrastructures financées par les revenus de la mine.

Tshisekedi sous pression des USA?

En 2021, les autorités congolaises avaient manifesté l’intention de renégocier ce contrat. Après évaluation, l’agence congolaise des grands travaux a indiqué que le montant total des projets achevés et en cours d’exécution sont évalués à 824,3 millions USD, l’intérêt de la banque chinoise remboursée est de 94,8 millions USD.

En termes de réalisation, 38 projets ont été mis en œuvre, dont 28 projets achevés pour un montant de 751,8 millions USD; 9 projets en cours pour un montant de 67,5 millions USD; et 1 projet à démarrer pour un montant de 5 millions USD. Du côté projets miniers, un décaissement de 1,738 milliard $ a été effectué. De quoi énerver Félix Tshisekedi.

“Aujourd’hui, la République démocratique du Congo n’en tire aucun bénéfice. Il n’y a rien de tangible, pas d’impact positif, je dirais, pour notre population”, a-t-il déclaré. Par contre, la chine se vante d’avoir créer 100.000 emplois locaux, grâce à ce contrat.

La revisitation du contrat chinois a fait l’objet d’intenses activités diplomatiques du gouvernement américain depuis l’arrivée de Félix Tshisekedi au pouvoir. En guerre commerciale, les USA sont un peu dépassés de voir le conquérant chinois amasser plus de 80% des minéraux stratégiques congolais, nécessaires à la transition énergétique.

Cette position de Félix Tshisekedi intervient un mois après la signature, le 13 décembre 2022 avec les USA et la Zambie d’un protocole d’accord visant la chaîne d’approvisionnement en batteries électriques.

Valéry Bakutweni

Article précédentBukavu: le dollar américain se change entre 2 000 et 2 200 francs congolais
Article suivantCommerce: entre le 7 et 13 janvier, la RDC a importé du Rwanda des produits agricoles de 3 millions d’euros

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici