COP25 : La RDC exige de la communauté internationale une compensation financière pour la préservation de la biodiversité

0
20

Il se tient à Madrid (Espagne), la Vingt-cinquième Conférence sur les changements climatiques. Au cours de ces assises, la délégation de la République Démocratique du Congo réclame une compensation financière plus importante dans ses efforts de préservation de la Forêt du Bassin du Congo.

Préserver nos forêts, notre biodiversité et nos tourbières rimera désormais avec lutter contre la pauvreté. Exigeons une juste compensation des efforts de la RDC pour la préservation de la planète”, a déclaré le Ministre de l’environnement et du développement durable, Claude Nyamugabo dans son discours tenu devant les participants.

La République Démocratique du Congo (RDC) abrite la plus grande partie de la forêt humide équatoriale en Afrique, dont la préservation est vitale dans la lutte contre le réchauffement climatique. Malheureusement, la déforestation, causée par l’augmentation de la demande en bois de chauffage et en charbon de bois, et la multiplication des plantations de palmiers à huile et autres exploitations agricoles commerciales, constitue une menace croissante pour les forêts et rivières de la région.

C’est pourquoi, le pays s’est engagé dans le processus REDD+ (Réduction des Émissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des forêts). Le mécanisme REDD+ est une initiative internationale visant à lutter contre le changement climatique provoqué par la destruction des forêts et reposant sur des incitations financières (les crédits REDD) permettant aux PED d’intégrer la protection de l’environnement dans leurs stratégies de développement. Un financement, qui tarde à être capté dans le budget de l’Etat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici