RDC: un numéro vert pour enregistrer et décourager les cas de corruption

0
387

Le réseau des parlementaires africains contre la corruption, APNAC-RDC  s’en va en guerre contre la corruption. C’est ce qui ressort d’un point de presse  tenu, vendredi 14 août 2020, au palais du peuple par le bureau de l’APNAC-RDC pour expliquer l’importance de sa proposition de loi  portant modifiant et complétant le décret du 30 juin 1940 portant code pénal congolais.

Pour décourager les auteurs intellectuels de la corruption, APNAC a mis en place un numéro vert +243 82 77 41 441 ou par WatshApps +243 85 39 71 783. Objectifs, enregistrés tous les faits de corruption, sensibiliser les autorités  à la bonne gouvernance et à la culture de la redevabilité pour renforcer le climat de confiance entre gouvernant et gouverné. 

“La corruption se révèle comme une cause principale de la pauvreté et du sous-développement en Afrique subsaharienne et surtout en RDC, parce que celle-la prive d’importante couche de la population de leur moyen de survie. En réalité celle-ci se caractérise par la confiscation par un groupe d’individu de ressources destinées à la satisfaction de l’intérêt général. C’est pourquoi, nous disons que la corruption constitue une sérieuse menace pour la stabilité, la sécurité, les valeurs démocratiques et éthiques de la société et parvient même à dérégler les mécanismes de fonctionnement de l’état”, a souligné Jean Pierre PASI ZAPAMBA Président de l’APNAC-RDC.

Pour APNAC-RDC, les faits de corruption peuvent être observés dans plusieurs cas de figure. “Lorsqu’une personne est investie d’une fonction publique ou privée, dès lors qu’il accepte, sollicite ou il reçoit un don, une offre, une promesse, des avantages ou des présents quelconques en vue d’accomplir un acte d’une façon direct ou indirect dans l’exercice ses fonctions, en ce moment on parle de la corruption”.

Olivier Masini 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici