Kinshasa : construit en 1970 pour 3500 places, le marché central de Kinshasa accueil aujourd’hui 20.000 vendeurs

0
445

Dans un document rendu public ce lundi à Kinshasa, les sénateurs de la ville de Kinshasa plaident en faveur de la délocalisation du marché central de Kinshasa communément appelé »Zando » vers la Foire Internationale de Kinshasa Fikin dans la  commune de Lemba.

Selon ces sénateurs groupés au sein du groupe provincial des sénateurs de Kinshasa, le nombre des vendeurs dans ce marché avait été limité à 3500 en 1970 et aujourd’hui il en compte plus de 20.000 et occupe une superficie d’environ 90.000 mètres carrés. 

Ils notent plusieurs avantages que peut procurer  ce transfert, à l’instar de:

1.Kinshasa comptait 2 millions d’habitants quand la « Mission Française d’Urbanisme » proposa la délocalisation du marché central. Kinshasa héberge aujourd’hui environ 15 millions d’âmes, et abritera plus de 26 millions d’habitants en 2040. Le « Marché Central de Kinshasa » a besoin de plus d’espace pour accueillir les vendeurs et les acheteurs devant incarner cette hauteur démographique.

2. Non seulement le principe de « zone neutre d’apartheid territorial » a perdu tout sens depuis le 30 juin 1960, le centre de la Ville de Kinshasa se retrouve fort opportunément au lieu actuel de la « Foire Internationale de Kinshasa ». Ainsi, conformément à notre vision de « Nouvelle Ville de Kinshasa » à construire dans le cadre de notre projet baptisé « Master Plan KIN 36 », la logique urbaine refusée en 1967 dans la cadre du « Plan Régional » s’impose à nous aujourd’hui : celle de voir le « Marché Central de la Ville » être installé au centre de la Ville, c’est-à-dire: au lieu actuel de la FIKIN.

3. Dans la ville de Kinshasa, les déplacements quotidiens de la cité vers la Gombe, pour raisons d’achat et de vente, notamment au « Marché Central », représentent 8,1% de motif de mobilité urbaine. Le Marché central à la Fikin, au coeur de la Ville, permettra d’organiser le polycentrisme de la mobilité urbaine, donc l’atténuation des trafics routiers unidirectionnels avec des incessants embouteillages : de la cité vers la Gombe en début de journée, et de la Gombe vers la Cité en fin de journée.

Créer « Le Marché des Trois Provinces » (Kinshasa, le Grand Bandundu et le Kongo Central). En effet, le nouveau « Marché Central de Kinshasa » sera le terminus à meilleure accessibilité des routes de la production agro-alimentaire du Grand Bandundu, du Kongo Central, notamment par le train via le voisinage immédiat de la gare ferroviaire de MATETE, mais aussi les biens alimentaires produits dans les communes semi-rurales de Kinshasa, à savoir : Ndjili, N’Sele, Kinkole, Maluku, Mont-Ngafula, Selembao et Ngaliema, y compris les divers mini-ports du vrac agricole de Kingabwa, sans oublier la proximité de l’aéroport international de Ndjili, pour les produits importés.

5.Ouvrir un vaste centre commercial au coeur de la ville, intégrant notamment « l’Échangeur de Limete » et la possibilité d’y aménager des galeries marchandes, mais aussi la « Gare ferroviaire de MATETE » pour des entrepôts et autres structures de stockage des biens alimentaires, ainsi que les mini-ports de pêche, entre Masina et Kingabwa, avec entrepôts frigorifiques et halls de vente en gros des poissons frais ou fumés, etc, » lit on dans ce communiqué signé par  Didier MUMENGI TSHIKUDI, Président du groupe, Valentin GERENGO, Eric RUBUY, Adonis NGAMBANI, Augustin SALABIA, Patrick LUBALA, Didier MOLISHO et Ange ZIAKA.

En rappel, le marché central de Kinshasa situé dans la commune de la Gombe été fermé au public pendant la période de confinement due à la Covid19 et depuis sa réouverture, plusieurs observateurs y voient un milieu favorable de propagation de la pandémie de Coronavirus, car l’observance du respect  des gestes barrières est loin d’être réalisée dans ce milieu compte tenu de la promiscuité y observée.

Pem

Article précédentRDC-passage au budget-programme : la feuille de route attendue d’ici fin septembre
Article suivantRDC: pour mauvaise gestion du dossier Huawei, Patrick Umba directeur général de la SCPT aux arrêts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici