RDC: pas d’audit de 17 transactions « opaques » d’1,3 milliards USD effectuées par la Gécamines [Retro 2020]

0
175

La Coalition pour la gouvernance des entreprises Publiques du secteur extractif (COGEP) a révélé en janvier 2020, l’existence de 17 transactions d’environ 1,3 milliards USD de la Gécamines, effectuées de 2010 à 2018. Des opérations, qualifiées d’opaques par les ONG.

Dans le souci de la bonne gouvernance des ressources naturelles du pays, la COGEP a adressé une lettre ouverte le 10 janvier 2020 au Président Félix Tshisekedi pour qu’un audit soit diligenté. 

“Nous suivons la gestion de la Gécamines depuis la création de la Cogep en 2018 et nous avons voulu nous saisir du scandale actuel autour de la dette de 148 millions de dollars américains qu’elle aurait contractée auprès de Ventora pour partager avec vous la liste des participations et droits cédés par la Gécamines de 2010 à 2018”, révèle le courrier. 

Pour les ONG, l’objectif de toutes ces cessions, qui représentent 1,3 milliards de dollars américains, était de relancer la production de la Gécamines, mais rien n’a changé sur le terrain. 

La Gécamines une vache à lait 

Malgré les dénonciations, le contrat de prêt de 200 millions d’euros par la Gécamines a exacerbé les mouvements associatifs. Ce prêt effectué auprès de l’homme d’affaires Dan Gertler est retracé comme «financement » dans les états financiers 2017 de la Gécamines. “Il y a une différence entre le montant du prêt et celui mentionné de $148 million contre €128 millions, soit une différence d’à peu près 4 à 6 millions de dollars”, ont indiqué les ONG dans leurs documents de plaidoyer adressé au gouvernement. 

Par ailleurs, la cession des royalties de Metalkol à l’homme d’affaires Dan Gertler a également soulevé les inquiétudes du collectif d’ONG, regroupé au sein  la campagne “le Congo n’est pas à vendre” (CNPAV). 

“Le contrat indique que la Gécamines devrait toucher 55 millions USD comme prix de cession, une somme qu’elle avait camouflée comme des avances sur les royalties dans le rapport ITIE 2017. La Gécamines n’a pu fournir des preuves qu’elle a reçu les 55 millions USD et encore moins les 83 millions USD que Gertler indique avoir payé, affirment les ONG. Cependant, “ces trois dernières années Gertler et l’ancienne direction de la Gécamines ont déployé plusieurs stratégies pour garder la transaction secrète”, ont-elles poursuivi. 

Dans ce partenariat entre la Gécamines et l’homme d’affaires israélien, la RDC a perdu plus de 1,3 milliards USD, renseigne un rapport de Africa Progress Panel. 

Inquiétude sur la production

Sans audit, pas de transparence et de redevabilité tout au long de l’exercice 2020 même si le comité de gestion a été changé. La production de la Gécamines est restée très faible, “malgré la cession de ses participations et droits dans plusieurs partenaires et donc de réserves importantes”. 

La production de l’entreprise de l’Etat est passée de 36.000 tonnes de cuivre en 2013 à 18.367 tonnes en 2018.  21.166 tonnes de cuivre ont été produites en 2019. Alors que ses différents partenaires ont produit 1 399 220 tonnes de cuivre en 2019, indique le rapport de la Banque centrale du Congo.

Sa participation au budget de l’Etat est restée inférieure aux attentes des congolais.

Valery Bakutweni

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici