RDC-l’an 2 de Tshisekedi : les finances publiques affichent un trou de 1,04 milliards USD

0
384

Félix Tshisekedi a accompli deux ans au pouvoir le 24 janvier dernier. Avant son accession au pouvoir, c’est-à-dire lors de sa campagne électorale, ce dernier avait promis de mobiliser en moyenne 8 milliards USD par an pour mettre en œuvre sa politique publique. En deux ans Félix Tshisekedi n’a mobilisé que 8,3 milliards USD des recettes internes: 4,5 milliards USD en 2019 et 3,7 milliards USD en 2020. Alors que les prévisions cumulées des deux ans étaient de 11 milliards USD. 

En termes de collecte des recettes locales, ce comportement dégage une  moyenne annuelle de 4,1 millions USD, dont environ 80% affectés à la rémunération des agents publics et membres du gouvernement. Même Joseph Kabila est resté sur cette tendance entre 2012 et 2017.

Les opérations financières de l’État se sont clôturées par un déficit. Au 31 décembre 2019, un déficit annuel de CDF 564,8 milliards de CDF (327,4 millions USD au taux de change de 1 725 CDF/USD) aété constaté, à en croire les données de la banque centrale du Congo. La même tendance a été observée en 2020. Un déficit budgétaire de 451 millions de dollars américains (soit 903 milliards de CDF) a été enregistré, selon le Comité de conjoncture économique du gouvernement.

En cumul des deux ans, il s’observe un solde négatif de 778,4 millions USD. Par ailleurs, les réserves de change ont connu également une baisse drastique. Ils sont passés de 869 millions USD à fin 2019 à 1 milliards USD en janvier 2020, grâce  à l’appui du Fonds monétaire international.

Toutefois, ces réserves de change sont redescendues au plus bas, fin décembre 2020. Se situant à 730,26 millions de dollars. Ce qui nous donne 2,6 semaines d’importation, révèle un communiqué de la banque centrale du Congo du 12 janvier 2021. 

L’intervention du FMI n’a rien changé

Selon un rapport soumis par les services du FMI au Conseil d’administration de cette institution pour l’octroi d’une assistance financière urgente dans le cadre de la Facilité de Crédit Rapide (FCR), la baisse moyenne des recettes publiques a été estimée à 749 milliards CDF, l’augmentation des dépenses publiques à 166 milliards CDF, et la baisse des ressources via les bons de Trésor à 57 milliards CDF, soit un trou dans le budget de l’équivalent de 531 millions USD.

L’aide du FMI, intervenue par deux fois en décembre 2019 et Avril 2020, n’ont pas permis au pays d’améliorer la collecte des recettes publiques et réduire les déficits budgétaires.Par conséquent, les finances publiques affichent un trou de 1,04 milliards USD, au terme des opérations financières, si on additionne les pertes en termes des réserves de change et des déficits budgétaires.

Le nouveau gouvernement aura du pain sur la planche. Il doit en priorité s’attaquer aux réformes des finances publiques pour éviter de sombrer.

Valéry Bakutweni.

Article précédentRDC : pour Sylvestre Ilunga, le bilan de sa gestion est partagé avec Félix Tshisekedi
Article suivantRDC-Zambie : vers la matérialisation de la construction de la route Kasomeno-Mwenda

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici