RDC: Sama Lukonde face à 10 défis pour améliorer la gouvernance des finances publiques

0
284
Photo:Sama Lukonde Premier ministre (RDC)

La République Démocratique du Congo a un nouveau premier ministre Sama Lukonde. Il a été nommé Lundi 15 février. Il succède ainsi à Sylvestre Ilunga, tous deux originaires de l’espace grand Katanga. 

Plusieurs défis attendent le nouveau chef du gouvernement pour améliorer le budget de l’État. La rédaction de Tsieleka revient ici sur 10 axes principaux pour booster les recettes publiques et rendre les finances publiques aux services de la pauvreté.

Il s’agit en autre de:

1.Limitation de l’octroi des exonérations: la mesure devrait permettre de canaliser environ 5 milliards USD par an, selon les enquêtes de l’inspection générale des finances. La société civile évalue le gain à 4 milliards USD.

2.Informatisation de la chaîne de la recette serait une grande réforme qui a échoué pendant les années antérieures. Sa matérialisation devrait être bénéfique pour la RDC, car elle permet de maîtriser toutes recettes constatées, ordonnancées, liquidées et recouvrées par les administrations financières. 

3.Basculement de la RDC du budget de moyen terme au budget-programme. Cette innovation est inscrite dans la Loi relative au finances publiques, qui devrait être d’application à partir de 2019, telle que prévue par le Plan Stratégique de la Réforme des Finances Publiques.

4. Exécution des dépenses publiques de qualité. Pas des dépassements budgétaires au niveau des institutions, plus d’investissements.  

5.Respect du manuel des procédures des dépenses publiques (réduction des dépenses en mode d’urgence) et exercice régulier du contrôle à tous les niveaux.

6.Maîtrise des déficits budgétaires : en deux ans, l’État a toujours fonctionné, faute de recettes publiques. Le FMI est intervenu deux fois. Comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement a recouru aux bons du Trésor et même aux recettes du fonds minier pour les générations futures.

7.L’accroissement des recettes publiques : les recettes internes sont restées en deçà de 5 milliards USD, comme sous Joseph Kabila. 4,5 milliards USD mobilisés en 2029 et 3,7 milliards USD en 2020. Il y a lieu d’indiquer qu’environ 80% de ces recettes publiques sont affectées à la rémunération.

8.La lutte contre la corruption et le coulage des recettes, évasion fiscale: une stratégie efficace pour contrer la diminution des recettes par les régies financières.

9.Respect de la loi relative aux marchés publics : des nombreux marchés publics sont souvent effectués sans appel d’offres.

10.Réduction du train de vie des institutions publiques

Valéry Bakutweni

Article précédentRDC-dragage du bief maritime sur le fleuve Congo: la société Dredging international veut résilier son contrat avec l’Etat
Article suivantDossier Bukanga Lonzo : Ce que le rapport de quatre journalistes d’investigation ne dit pas [Tribune de Chrysostome Vahamwiti]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici