Lomami: Sylvain Lubamba accusé d’entretenir la suprématie de l’ethnie songye, dont il est originaire pour asseoir son pouvoir

0
200

Comme on le sait, la province du Lomami est issue du démembrement de l’ancienne province du Kasaï Occidental. Cette nouvelle entité politico-administrative est principalement agro-pastorale, avec quelques activités d’exploitation artisanale du diamant à Lubao, Luputa, Kabinda et à Wikong. L’on y trouve aussi l’exploitation artisanale de l’or dans le territoire de Luilu.

Outre le diamant qui est intensivement exploité, d’autres substances minérales exploitables existent. Il sied de signaler également que cette province figure parmi les plus grands producteurs du coton. Cette industrie n’existe malheureusement plus à cause du manque de marché dont elle disposait à l’époque coloniale, principalement de la Belgique.

La population est estimée à 2 345 000 habitants, située principalement dans les villes de Kabinda et Mwene-Ditu. Elle est constituée de trois grandes ethnies, à savoir les Songye, Luba et Kanyok. Il y a également les Kete à Kamiji et les Kanitshin à Luilu.

Pour mieux diriger cette province, le gouverneur se doit de tenir compte de la situation ethnique sur le terrain. Ce qui ne semble pas être le cas. En effet, des échos en provenance de cette partie du pays, laissent entendre que l’autorité provinciale de Lomami ferait tout pour entretenir la suprématie de l’ethnie songye dont il est originaire, grâce à un mouvement dénommé les Notables songye.

Les députés provinciaux acquis à l’Union sacrée visés

A cet effet, l’on apprend que ledit mouvement composé des personnes âgées d’au moins 50 ans, aurait tenu une réunion secrète le jeudi 08 avril 2021 sous son initiative, à l’issue de laquelle un plan machiavélique aurait été adopté. Celui-ci consiste à déstabiliser tous les députés provinciaux acquis à la vision du chef de l’État Félix Tshisekedi, une manière de soutenir et protéger le chef de l’exécutif provincial qui continue à se réclamer du regroupement politique dirigé à ce jour par le chef de l’Etat sortant; marginaliser autant que possible le vice-gouverneur Mulumba Mudiandambu originaire de Ngandajika ; diviser le plus possible les songye, pour écarter ceux qui refusent d’adhérer à la vision du gouverneur, manipuler des jeunes pour contrecarrer toute action visant à mettre à nu son incompétence et sa mauvaise gestion de la province ; organiser une chasse clandestine des non originaires sous toutes les formes possibles.

En clair, tout serait fait par le chef de l’exécutif provincial pour éviter toute motion de défiance pouvant le viser de la part de l’assemblée provinciale. Les mêmes sources indiquent que cette agitation du gouverneur serait entretenue à partir de Kinshasa.

JKK

Article précédentRDC: la KFW et la BM disponibilisent 31 millions de USD pour soutenir quelques projets des PMEA
Article suivantRDC: faute des frais de fonctionnement, le Syndicat annonce la fermeture des écoles dès lundi 12 avril

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici