RDC: 5C Energy-RDC, une société mystérieuse qui gagne 30% des recettes du RAM [Enquête]

0
439

Après la polémique suscitée par le projet Registre des appareils mobiles en République Démocratique du Congo, l’Arptc (Autorité de régulation portes télécommunications et de la communication)  a annoncé la révision de la modalité d’application du projet et le déblocage des numéros bouchés pour non-paiement de la redevance, depuis son lancement en novembre 2020.

“Je vous prie de prendre, toute affaire cessante, les dispositions nécessaires au déblocage des numéros des abonnés victimes de l’implémentation de la version billing 2.1. Continuer les enquêtes vers les réseaux  GSM ne ferait que reconstituer les abonnés en incapacité de communiquer, raison pour laquelle il vous est également demandé de les suspendre jusqu’à nouvel ordre”, écrit l’Arptc au prestataire 5C Energy-RDC. 

Qui est alors 5C Energy-RDC ?

A cette question, difficile de trouver clairement une réponse en République démocratique du Congo. Selon une fiche d’enregistrement de l’entreprise, 5C Energy SA est située à Genève et fait partie de l’industrie des grossistes en pétrole et produits pétroliers. 5C Energy SA compte 5 employés sur ce site et génère un chiffre d’affaires de 2,49 millions de dollars (USD). Elle travaille avec plusieurs consultants.

Selon les médias suisses, cette société n’a  jamais déposé ses comptes annuels. Pourtant, la publication des comptes annuels est une obligation légale, principalement pour les SA et SARL. Aucune information n’est renseignée non plus sur ses actionnaires, moins encore sur la direction de la société. 

En République Démocratique du Congo, la société est enregistrée sous le nom de 5C Energy-RDC, numéro CD/KNG/RCCM/19-B-02342. “Les actionnaires seraient des congolais et des étrangers », indiquent plusieurs.  Mais, le site du Guichet Unique ne donne aucun détail sur ladite société. 

Les données collectées par Tsieleke révèlent qu’ en Afrique, la société dispose de deux agences à Kinshasa (RDC) et à Banjul en Gambie. 5C Energy-RDC serait l’une des agences africaines de 5C Energy SA, basée à Genève. 

Le nom du répondant de la société est  Eddy Kamiel W. De Raedt. Par contre, les documents de la société ne fournissent pas assez d’éléments sur Philippe Heilman, reconnu comme président de l’agence de Kinshasa. Sommes-nous devant une société fictive ou irrégulière? Seul l’avenir nous en dira plus.

Comment a-t-elle gagné le marché au Congo ?

Le site de l’autorité de régulation des marchés publics (Armp) de la RDC ne renseigne ni sur le contrat ni sur le dossier d’appel d’offres. Selon plusieurs sources de l’Arptc, la République démocratique du Congo a signé un contrat de partenariat public privé en Build Operate Transfer (B.O.T) avec 5C Energy-RDC. L’État détiendrait 70% de parts.

Toutefois, le mode de recrutement de l’opérateur suisse, qui a débuté ses activités en décembre 2017, a suscité des interrogations. Certains experts expliquent que le marché a été effectué de gré à gré de manière irrégulière. On note par exemple,  l’absence des études de faisabilité; absence de montage technique, juridique, financier et des termes de référence. 

D’après les propos du ministre congolais des Postes, Télécommunications et Nouvelles technologies de l’information et de la communication (PT-NTIC), devant la commission Économique et financière du Sénat en décembre 2020, le prestataire doit bénéficier de 30% des revenus du RAM.

Reconnue comme pour son expertise en hydrocarbures, curieusement la société offre aussi plusieurs solutions numériques dans plusieurs pays africains, notamment le Sénégal, Gabon, Tchad, … réputés producteurs du pétrole.

Tsieleka

Article précédentRDC: bientôt des mesures pour stabiliser les prix des denrées alimentaires de première nécessité
Article suivantRDC: le CNPAV évalue à 3,71 milliards USD des pertes dues aux accords miniers et pétroliers « suspects » conclus avec Dan Gertler

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici