Empire détourné ;comment Francis Selemani a caché des millions dans des propriétés à l’étranger [enquête]

0
530
Photo: BGfibank à Kinshasa

Bien que le dernier mandat du président Joseph Kabila à la tête de la République démocratique du Congo (RDC) devait prendre fin en décembre 2016, il s’est accroché au pouvoir et a retardé les élections de deux ans supplémentaires. Alors que les yeux de nombreux observateurs étaient fixés sur les tactiques de blocage des élections à Kinshasa, le frère de Kabila, Francis Selemani, a acheté de nombreuses maisons de luxe aux États-Unis et en Afrique du Sud, il semble utiliser au moins en partie des fonds détournés du gouvernement congolais.

À l’époque, Selemani était directeur général de BGFIBank DRC, la filiale congolaise du groupe BGFIBank basé au Gabon.Selemani et la famille Kabila ont utilisé un réseau d’entreprises et la banque qu’ils contrôlaient pour détourner des fonds publics, transférer des millions à l’étranger et acheter des millions de dollars en biens immobiliers étrangers. Ils ont transféré des sommes substantielles à travers BGFIBank RDC avec peu ou pas de résistance. Parmi les transactions les plus problématiques, selon un audit interne de BGFIBank DRC, figuraient des transferts de plusieurs millions de dollars impliquant une société obscure appelée Sud Oil.

Des millions de documents bancaires divulgués obtenus par la Plateforme pour protéger les lanceurs d’alerte en Afrique (PPLAAF) et Mediapart et partagés avec The Sentry par PPLAAF et le réseau European Investigative Collaborations (EIC) révèlent qu’entre 2015 et 2018, Sud Oil a envoyé plus de 12 millions de dollars à des comptes et à des sociétés détenues ou contrôlées par Selemani. 

En même temps que les 12 millions de dollars transitaient par des comptes détenus par Selemani et des sociétés liées à lui et à sa femme, Selemani a acheté 17 propriétés pour un total de 6,6 millions de dollars dans les banlieues aisées de Washington, DC, et Johannesburg, Afrique du Sud.

Selon les documents consultés par ces enquêteurs, une série d’irrégularités, de fausses déclarations et d’incohérences ont été constatés dans les transactions liées aux comptes bancaires détenus par Selemani et ses sociétés qui sont des signaux d’alarme pour le blanchiment d’argent et d’autres crimes financiers. 

Les fonds reçus des institutions publiques n’étaient pas justifiés et les sources de financement de certains transferts étaient déformées. Selemani a utilisé des véhicules d’entreprise qui ont obscurci son identité en tant que propriétaire de tous les 17 achats immobiliers découverts par The Sentry, sauf un. Selemani avait initialement acheté neuf propriétés en son propre nom, mais il a ensuite transféré la propriété à une société commerciale et à des fiducies qu’il contrôlait, y compris en les vendant à sa propre société, dans une série d’opérations qui est un drapeau rouge pour le blanchiment d’argent par l’immobilier.

Tsieleka

Article précédentRDC: une enquête révèle comment le clan Kabila a détourné au moins 138 millions de dollars
Article suivantCongo Hold-Up: il s’agit d’un acharnement des puissances occultes qui n’ont jamais digéré le choix opéré par Joseph Kabila en matière électorale et minière

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici