Congo Hold-Up: d’après l’Igf, la BGFIBANK est l’unique responsable du détournement de 43 millions $ virés à Egal

0
430
Photo: BGfibank à Kinshasa

L’inspection générale des finances tente de faire la lumière sur l’affaire de 43 millions de dollars, après les révélations de Congo Hold-Up. Dans une correspondance adressée à l’Administrateur-Directeur Général de BGFIBank, datée du 5 avril 2021 et publiée sur les réseaux sociaux ce mardi 23 novembre, l’inspecteur général des finances et chef de service donne quelques informations sur la source et la destination de ce montant.

Sur la période allant du 18 juillet 2013 au 6 novembre 2013, un montant de 42 999 699.05 USD a été transféré de la RAWBANK vers la BGFI-BANK par la  Banque Centrale du Congo pour être logé dans le compte n° 70010285011-72 intitulé «Banque Centrale du Congo Équipements ouvert dans vos livres”, révèle courrier de l’Igf. 

Ce montant a été par la suite viré du compte  séquestre n° 45191026110-13  ouvert au nom de la société Égal SARL, exécuté en quatre tranches par les agents Kusombi Hervé et Diop Abdel Kader « , indique cette correspondance du 05 avril dernier.

L’inspection générale des finances précise par ailleurs qu’étant un compte séquestre, celui-ci ne pouvait être mouvementé que par la BGFIBank DRC elle-même. Raisons pour la quelle la société Egal a été mise hors cause des accusations de financement sur base des fonds publics qui avaientt été portée contre elle. « A ce jour, la BGFIBANK DRC n’a pu établir de manière irréfutable, la destination donnée à ce montant de 42,9 millions de dollars américains qui est censé n’avoir jamais quitté le compte séquestre au crédit duquel il a été porté, sinon à l’initiative de la BGFIBANK elle même”, insiste-t-elle.

Depuis 2018, le compte de la BCC ouvert à la BGFIBANK intitulé « Banque centrale du Congo Équipements » n’existe plus, d’après le rapport d’audit externe certifié de la période.

Dans cette affaire, l’inspection générale des finances lave complément la société Egal. Toutefois, elle révèle que la BGFIBank aurait reconnu sa bourbe et a accepté de rembourser les fonds décaissés frauduleusement.

Valéry Bakutweni

Article précédentRDC: le CERJI sensibilise sur la participation et les droits des peuples autochtones
Article suivantRDC-amélioration de la qualité de la dépense publique: bientôt un plan de formation pour les DAF

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici