Bukavu: les enseignants de l’Institut de Bagira accusent le préfet de détournement de 7.435 Usd

0
126

Les enseignants de l’Institut de Bagira (INSTIBA) alertent sur un présumé détournement des frais de fonctionnement et de la prime par Jacques Walumona Mweshi, gestionnaire de l’école suspendu depuis plusieurs mois.

Cette alerte est contenue dans une lettre adressée au chef de Sous-division urbaine de l’EPST/Bukavu III, datée du 03 mai 2022. 

Selon un enseignant qui a requis l’anonymat, il est tout à fait injuste que cet argent soit logé quelque part, alors que l’école connaît plusieurs difficultés qui bloquent le bon déroulement des activités scolaires.

«Soucieux du bon fonctionnement et de la paix sociale de notre chère école, nous vous prions de bien vouloir recouvrer les frais de fonctionnement de notre école de quatre mois (soit novembre, décembre 2021, janvier et février 2022) équivalent 5.948 dollars et la somme et 1.487$ des enseignants, retirée pour le compte des frais de fonctionnement mars alors que le mois de février et soldé le 8 avril 2022, soit un total de 7.435 dollars perçu et détenus illégalement par le préfet suspendu. Chaque fois dans nos réunions lorsque les enseignants voulaient savoir pourquoi la persistance de toutes ces difficultés pendant que les frais de fonctionnement étaient déjà perçus par le préfet. La réponse était claire : « l’argent existe et il est logé quelque part», lit-on dans un communiqué parvenu à la rédaction.

Les enseignants précisent qu’en dehors de ces montants ci haut cité, le préfet de cette école avait d’autres sources de revenus. Il s’agit entre autres de la location des salles de fêtes chaque semaine, les frais de retrait des diplômes à 5 dollars, publication de résultats de l’examen d’Etat, 10 papiers duplicateurs et 1 cahier brouillon équivalent à 2000 FC/élève comme frais de participation à l’examen

Ketsia ZAWADI depuis Bukavu

Article précédentJeux de la Francophonie 2023 : la RDC annonce la signature d’un avenant du cahier de charge avec l’OIF
Article suivantÉlections 2023: la jeunesse congolaise salue les innovations de la nouvelle loi électorale

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici