RDC: Barrick désormais en mesure de rapatrier 536 millions Usd d’arriérés des profits de sa mine d’or

0
139

Après une longue attente, le géant minier Barrick Gold serait désormais en mesure de rapatrier le cash libre généré par la mine d’or de Kibali en République Démocratique du Congo (RDC) réparti à 50/50 entre dividendes et remboursements de dettes dans le cadre d’un accord avec le gouvernement congolais.

L’arrangement de rapatrier ce fonds fait suite, à une « interruption » de plusieurs années au cours de laquelle « Barrick n’a pas été en mesure de rapatrier les bénéfices accumulés » sur ses comptes bancaires en RDC et ce, malgré les assurances répétées du PDG de Barrick, Mark Bristow, que le « déblocage des fonds était imminent ».

Interrogé par Mining MX sur les raisons du rapatriement retardé de ce fonds, le PDG de Barrick a rassuré « qu’il n’y avait pas de problème. J’ai toujours dit que nous le ferions et j’ai toujours dit qu’il n’y aurait pas d’accord ». Toutefois, Mark Bristow précise que « c’était administratif. Il y avait un nouveau premier ministre et de nouveaux membres du cabinet. Vous pourriez spéculer – et c’est de la spéculation – que lorsque vous avez une telle somme d’argent sur un compte bancaire, les gens ont du mal à la laisser partir».

«Mais le problème clé est qu’à aucun moment quelqu’un n’a dit “ce n’est pas votre droit”, “vous ne pouvez pas le faire” ou “vous devez faire autre chose “. Nous devions juste être patients. Si vous êtes pressé lorsque vous investissez dans les marchés émergents, vous perdez », a-t-il ajouté.

Bristow a une fois de plus souligné l’importance des partenariats entre les sociétés minières et les gouvernements sur les développements miniers. « Nous devons tous changer nos comportements. L’industrie minière a une réputation parce que – dans le passé et il y en a certainement encore – les entreprises se concentrent sur le mauvais côté de l’exploitation ».

De l’autre côté de la médaille, il a souligné que les gouvernements souffraient souvent d’une envie d’obtenir tout ce qu’ils pouvaient obtenir dès qu’ils le pouvaient.

«Nous avons vu cela se jouer en Zambie dans le passé plus d’une fois; nous l’avons vu en RDC où il n’y a pas eu de nouvel investissement significatif depuis l’introduction d’un code minier régressif en 2018, et nous l’avons vu au Mali alors que les gouvernements successifs au cours des deux dernières décennies ont relevé le partage économique de 55/ 45 en faveur du gouvernement à 70/30 également en faveur du gouvernement.

Les fonds sont détenus conjointement par Barrick et AngloGold Ashanti, partenaires de la mine de Kibali, et le montant total bloqué en RDC avait atteint plus d’un milliard de dollars à la fin de l’année dernière. La percée a eu lieu au cours du premier trimestre de 2022 lorsque les fonds ont finalement été débloqués.

Tsieleka/miningmx

Article précédentRDC: indignation des professionnels de la craie après des propos de Tshisekedi sur l’enseignement
Article suivantSama Lukonde: la RDC ambitionne se positionner comme leader africain dans la production des batteries électriques

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici