RDC: le G13, initiateur de la loi électorale quitte la salle pour « manque de débat »

0
201

Le débat autour de la nouvelle loi électorale divise davantage les députés nationaux. Le groupe de 13 parlementaires, initiateur de la proposition de loi, vient de quitter la salle pour manque de débat en commission politique, administrative et juridique de l’assemblée nationale.

La plénière de ce jour présente une procédure exceptionnelle (que je qualifie d’irrégulière) qui risque de conduire à des options d’exclusion, de manque de transparence et crédibilité dans le processus électoral! Les travaux devraient continuer en commission selon la règle” alertait déjà le député Iracan Gratien de Saint-Nicolas.

Effectivement le président de l’Assemblée Nationale Christophe Mboso a opté pour une procédure que le Groupe de 13 rejette. « votre bureau a arrêté la méthode de travail consistant à examiner les 17 thématiques retenues par le G13 l’une après l’autre (…) de manière à permettre aux intervenants désignés par les groupes parlementaires et les non inscrits de se prononcer chacun en raison de deux intervenants.« 

À l’issue des interventions, ajoute Christophe Mboso, l’option retenue sera mise au vote en vue de son adoption par la plénière. Dans le cas contraire l’option non adoptée fera l’objet d’une nouvelle écriture telle est la méthode de travail adoptée par votre bureau », déclarait Christophe Mboso Nkodia

Une procédure que le G13 initiateur du projet de loi rejette. «Apparemment, il n’y a pas de débat, il s’agit simplement des positionnements des groupes parlementaires. Cette loi a été déclarée recevable par la plénière, elle doit aller en commission. Si par consensus, nous voulons avoir un cadre intermédiaire, cela doit être un cadre intermédiaire pour discuter, c’est pas mal. Mais nous n’avons pas la possibilité de discuter des options. Pour nous, être dans la salle ou en dehors de la salle, cela ne change absolument rien », a déclaré Jacques Ndjoli, député national et porte-parole de circonstance de G13.

La nouvelle loi électorale en discussion une fois votée par le parlement, devrait baliser le chemin des élections de 2023.

Tsieleka.com

Article précédentSud-Kivu: l’assemblée provinciale rejette la motion de défiance initiée contre la ministre de l’Education
Article suivantRDC-Projet de développement de 145 territoires, l’ARMP dénonce l’attribution des marchés à des entités non habilitées ou dissoutes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici