Sud-Kivu: l’assemblée provinciale rejette la motion de défiance initiée contre la ministre de l’Education

0
58

La ministre provincial de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST) au Sud-Kivu Geneviève Minzumbi vient d’échapper à une motion de défiance initiée contre elle par le député Freddy Maisha.

Etant le seul point  inscrit à l’ordre du jour de la séance plénière tenue ce mercredi 11 Avril 2022, la motion de défiance contre la ministre provinciale chargée de l’éducation vient d’être rejetée par les députés provinciaux du Sud Kivu. Sur les 46 votants 29 députés ont voté contre la motion et 17 députés ont voté pour le départ de ce membre du gouvernement Ngwabije 2.

En rappel, les députés provinciaux signataires de ladite motion de défiance reprochent à la ministre de l’éducation notamment, la complicité dans la majoration des frais de participation aux examens d’Etat édition 2022. 

Dans ses moyens des défenses madame la ministre provinciale en charge de l’éducation à fait savoir que ça ne revient pas dans ses attributions de fixer les frais à payer pour la participation des examens d’Etats mais plutôt, c’est une proposition qui est faite par les inspecteurs et au gouverneur de province d’étudier et faire sortir un arrêté portant fixation des frais à payer pour la participation aux épreuves de l’Etat.

Geneviève Minzumbi remercie encore une fois les députés provinciaux de lui avoir accordé la chance de rester à la tête du ministère de l’enseignement primaire secondaire et techniques du Sud-Kivu et promet de prendre en compte toutes les recommandations lui adressées pour améliorer le travail dans son secteur.

La ministre de tutelle pense que le comité technique qui a fixé  les frais de participation aux examens d’Etat à 42,5 dollars peut  encore se réunir pour voir s’il y aura moyen de réduire ces frais qui pèsent sur les parents.

En somme, le gouverneur a dans son Arrêté signé le week-end dernier fixé les frais de participation aux examens d’Etat édition 2022 à 42,5 dollars pour chaque candidat. Une décision qui est mal digérée par certains élus provinciaux, les acteurs de la société civile et parents d’élèves, qui pensent que cette décision ne tient pas compte de la réalité socio-économique que traverse actuellement la population. 

Moïse Aganze depuis Bukavu

Article précédentRDC : le Gouvernement associe les exploitants aériens dans le projet de modernisation des infrastructures aéroportuaires
Article suivantRDC: le G13, initiateur de la loi électorale quitte la salle pour « manque de débat »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici