RDC: le gouvernement expulse le porte-parole de la Monusco

0
123

Le gouvernement de la République Démocratique du Congo exige le départ sans condition du porte-parole de la Monusco, Mathias Gillmann. Dans une lettre écrite, le chef de la diplomatie congolaise, Christophe Lutundula Apala, a écrit officiellement à la mission onusienne demandant son départ.

« les tensions qui s’observent ces derniers jours entre les populations congolaises et la Monusco seraient venues suites aux déclarations indélicates et inopportunes du porte-parole de la Monusco, le gouvernement considère que la présence de ce  fonctionnaire sur le territoire national n’est pas de nature à favoriser un climat de confiance mutuelle et de sérénité si indispensable entre les institutions congolaises et la Monusco en vue, non seulement du meilleur accomplissement du mandat confié à cette dernière par le conseil de sécurité des nations unies, mais aussi de faire aboutir le plan de transition aux fins de son retrait définitif de la RDC d’ici à l’horizon 2024, comme convenu ,» écrit le ministre Lutundula dans cette correspondance adressée à la monusco.

 » Le gouvernement appréciera- t-il beaucoup que les dispositions soit prises pour que M.Gillmann quitte le territoire dans le plus bref délai  » a ajouté Christophe Lutundula.

Le porte-parole de la Monusco est considéré comme un extrémiste dans ses prises de parole en  traitant la question mieux la situation sécuritaire à l’Est avec légèreté.

Dans un point de presse organisé le 13 juillet dernier, Mathias Gillmann affirmait que » nous n’avons pas des capacités extensibles… et l’armée congolaise n’a pas des capacités extensibles… () »Avait-il déclaré.

Dans la plupart de ses sorties médiatiques Mathias Gillmann loue la capacité du M23. Et c’est cette attitude comme l’a affirmé julien Paluku qui a poussé les populations congolaises en général et de l’Est en particulier dans la rue pour exiger le départ de cette force dont le bilan en termes d’efficacité est lamentable.

Article précédentRDC: sans compétence légale, le Bceco accède au marché de construction de 1000 centres de santé de 110 millions USD
Article suivantKongo-central: des tonnes de maïs pourrissent dans les entrepôts à Songololo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici