RDC-RAM : le prix fixé prend en compte la réalité économique du pays (Augustin Kibassa)

0
115

Les députés nationaux, membres de la commission d’aménagement du territoire, Infrastructures et Nouvelles Technologie de l’Information et de la Communication (sous-commission PTNTIC), ont auditionné le Ministre Augustin Kibassa ce jeudi 12 novembre 2020 dans la salle de Banquet du Palais du peuple, au sujet de frais à payer pour le registre des appareils mobiles (RAM) au pays.

Augustin Kibassa a apporté toute la lumière sur cette question d’enregistrement des appareils mobiles pour mettre fin au vol des téléphones au pays et de lutter contre les appareils contrefaits.

“Le RAM est une recommandation de l’Union Internationale de Télécommunication dont la RDC fait partie et nous devons nous adapter à l’évolution de la technologie. Car, nous voulons nous mettre au même diapason  bien qu’il y a plusieurs défis rencontrés en chemin. Vous savez que la RDC est victime de problèmes notamment des téléphones contrefaits, qui entrent et qui ont des incidences sur la santé de nos compatriotes”, a souligné Augustin Kibassa Maliba ministre congolais des PT-NTIC.

La population est victime de vol des téléphones et il est temps pour le Gouvernement de protéger aussi  le propriétaire des téléphones. “Ce système permet la géolocalisation du téléphone par la Sim”, a précisé le Ministre des PT-NTIC.

S’agissant  des frais à payer que certains fustigent, le ministre a expliqué à la commission que c’est moins coûteux par rapport à ce que les autres pays du monde entier. Le prix fixé à la RDC prend en compte la réalité économique du pays, a-t-il ajouté.

Le ministre Kibassa était accompagné d’une forte délégation composée notamment du président de l’autorité de régulation des postes Télécommunications du Congo (APTC), de DGA de la SCPT, du SG aux PT-NTIC et de quelques conseillers.

Olivier Masini 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici