Lualaba: la mission d’audit de l’Igf sur la gestion de Muyej est illégale, estime la LICOCO

0
1168

Une équipe de l’Inspection générale des finances séjourne à Kolwezi dans la province du Lualaba, depuis le mardi 12 janvier pour auditer la gestion de la province, pilotée par le gouverneur Richard Muyej. 

Cette mission du contrôle est qualifiée d’illégale par la ligue congolaise de lutte contre la corruption (LICOCO), dans un communiqué parvenu ce jeudi 14 janvier à Tsieleka.

“Ces missions de contrôle de l’Inspection Générale des Finances sont effectuées parfois, en violation de l’Ordonnance n°87-323 du 15 septembre 1987 telle que modifiée et complétée à ce jour portant création de l’Inspection Générale des Finances”, affirme l’ONG. Elle précise par ailleurs que “l’Inspection Générale des Finances profite du flou se trouvant dans cet article 2 pour outrepasser ses compétences et violer la loi”.

Une compétence de la cour de comptes

La loi organique n° 18/024 du 13 novembre 2018 portant composition, organisation et fonctionnement de la Cour des Comptes en ses articles 211 à 212 donne à la Cour des comptes les compétences de contrôler la gestion des finances publiques des provinces. Pour marquer sa présence, la loi prévoit l’installation des cellules dans les 26 provinces pour travailleurs aux côtés des assemblées provinciales. 

Les provinces, sont des entités possédant des organes délibérant, c’est-à-dire des Assemblées Provinciales, telle que défini par la Constitution, ne peuvent pas se soumettre au Contrôle de gestion d’un organe dépendant du Gouvernement central au risque de violer l’article 1 de Loi n°08/012 portant principes fondamentaux relatifs à la libre administration des provinces, estime la LICOCO.

Par ailleurs l’ONG s’interroge sur le choix prioritaire de la province  du Lualaba, alors  que dans la Ville de Kinshasa par exemple, l’IGF, depuis sa création, n’a jamais mené une mission de contrôle sur la gestion de la Ville de Kinshasa.

L’équipe des inspecteurs est arrivée dans un contexte de  méfiance entre le gouverneur et son adjoint Fifi Masuka. Dans un document largement partagé en décembre 2020, la vice-gouverneur accuse son titulaire  d’opacité dans la passation des marchés publics, notamment la construction de l’aéroport  de Kolwezi et  du centre de négoce. Des accusations rejetées par Richard Muyej.

Valéry Bakutweni

Article précédentRDC-gabegie financière à l’assemblée nationale: le bureau d’âge accusé de détournement de 21 millions USD
Article suivantRDC-lutte contre la covid-19 : “ArtiCovid” du docteur Jérôme Munyangi en phase d’essais cliniques

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici