RDC: la pénurie du carburant n’est pas causée par la guerre en Ukraine mais plutôt à la mégestion et à la négligence du gouvernement (GPDPP)

0
1593

Que se cache-t-il derrière la pénurie récurrente des produits pétroliers en RDC depuis environ six semaines? Malgré les multiples interventions du Ministre des hydrocarbures Didier Budimbu qui se veut rassurant, la situation dans les stations-services semble ne pas s’améliorer.

Longues files, station ouverte à 8h et fermé à 18h, des vols annulés par manque de kérosène… Autant de choses qui ne montrent aucun signe d’amélioration. Depuis le vendredi premier avril dernier, la ville de Kinshasa a connu une situation particulière. 

Une certaine fébrilité par rapport à la fourniture des produits pétroliers dans les stations-service. Trois jours après, soit  le  04 avril, on a assisté à une asphyxie suivie des files des véhicules devant les quelques stations-services qui vendaient encore du carburant. Pas plus de 20 litres pour les véhicules, et 5 litres maximum pour ceux qui venaient avec des récipients.

Face à cette situation le ministre des hydrocarbures va affirmer « qu’il n’y a pas de pénurie. Un bateau a même accosté hier. Il y a eu de petits problèmes par rapport à la distribution. On a réglé cela. La situation va rentrer en ordre . Les camions sont déjà sortis ». Malgré les assurances du ministre, la même scène va se reproduire toute la journée du mardi 5 sur l’ensemble de la capitale. D”ailleurs, plus du 3/4 des stations-service sont restées fermées. 

Cette fois-là  le ministre Didier Budimbu va déclarer qu’il s’agissait d’un problème technique au niveau de sep Congo par rapport à la distribution des produits pétroliers auprès des stations-services. Le problème de stock était dû selon lui à la désinformation qui a créé un mouvement de panique au sein de la population. Selon le même Didier Budimbu, la pénurie est due à la guerre en Ukraine. 

En date du 20 avril dernier, le premier ministre a présidé une réunion sur la question de la pénurie du carburant.  Au sortir de ladite réunion, le discours est le même. Il ne se pose pas du tout de problème de stock de produits pétroliers. 

« il y a tout de même nécessité de prendre des mesures qui s’imposent pour faire face à la hausse des prix au niveau international. Nous avons eu les rapports du Ministre des Hydrocarbures concernant la situation du stock au niveau du pays. Il nous a fait remarquer que la situation est relativement bonne mais il faudrait qu’une décision soit prise rapidement pour s’adapter à la hausse des prix au niveau international dans la mesure où au mois de janvier, on était à plus ou moins 80 dollars le baril, maintenant on en est autour de 110 dollars le baril. » Le problème serait donc consécutif à une hausse du prix du baril à l’international, sans doute dû à la guerre à l’Ukraine” a ajouté le ministre Mwando.

Alors que 24 heures avant, le Didier Budimbu avait affirmé qu’il y aurait aucun problème de stock mais plutôt un rationnement qui serait une stratégie du gouvernement en attendant le ravitaillement en produit pétrolier. 

Cette Instabilité récurrente nous a amené à nous questionner sur la situation réelle. Justement, un courrier confidentiel du GPDPP, groupement professionnel des distributeurs des produits pétroliers adressé au 1er ministre le 18 mai 2022 sous le numéro 17788 consulté par tsieleka, dévoile certains éléments de la réponse.

En effet, ce courrier brosse une situation beaucoup plus grave et démontre que la situation n’est dû ni à la guerre en Ukraine ni à une quelconque situation internationale mais plutôt à la mégestion et à la négligence des dirigeants Congolais.

Cette correspondance du groupement professionnel des distributeurs des produits pétroliers évoque deux difficultés, qui n’ont rien à voir avec toutes les explications lapidaires du ministre Budimbu ou du gouvernement qui ont conduit le secteur de la distribution pétrolière au risque de rupture totale de stock par le fait d’une déstabilisation du système de distribution.

Le courrier souligne premièrement la dégradation de la trésorerie et l’érosion financière des sociétés qui supportent l’achat des produits pour revendre à perte sur une période de presque 8 mois. Selon cette correspondance, du premier juillet 2021 au 31 mars 2022, l’État doit 192 millions de $ aux trois sociétés (Cobil, engen, total) qui supportent le marché de l’ouest.

Le groupement professionnel des distributeurs des produits pétroliers évoque en second lieux, l’endettement hors normes des sociétés commerciales auprès des fournisseurs des carburants. Un endettement supérieur à 220 millions de dollars ce qui entraîne trois conséquences :

La perte de crédibilité auprès des fournisseurs et remise en cause du système de mise en consignation des stocks dans le pays, la baisse des stocks des sociétés commerciales suite à son incapacité de renouveler les stocks et au manque de flexibilité quant au choix de fournisseurs qui n’apporte plus des produits et enfin l’incapacité de trois sociétés commerciales d’honorer leurs engagements envers les sociétés de logistiques.

Le groupement professionnel des distributeurs des produits pétroliers supplie le Premier ministre de prendre des solutions idoines telles que proposées lors de la réunion du 06 avril 2022, qui consistait à un ajustement progressif des prix accompagnés de paiement régulier des dettes cumulées à ce jour.

l’on se posera tout de même la question .Le 230 millions pour lequel Didier Budimbu a été auditionné par l’Agence National des Renseignements ne serait-il par l’argent destiné aux distributeurs des produits pétroliers?

En ce qui concerne le kerosene, ces distributaires se declarent dans l’incapacité de ravitailler les aeronefs de leurs clients. ils relevent par ailleurs la non application  du changement du structure alors que les services de la DGDA considerent que le systeme doit s’appliquer.

On comprend certes que contrairement aux mensonges racontés par le ministre Budimbu, nous pouvons clairement lire dans la lettre du GPDPP que la situation ne reviendra pas à la normale en début de cette semaine. Au contraire, les distributeurs ont décidé d’appliquer le contingentement avec la fermeture des stations-service à partir de 18h depuis vendredi dernier..

La situation que nous vivons n’est ni liée à une pénurie internationale,ni liée à une quelconque guerre mais tout simplement à l’irresponsabilité de nos dirigeants qui ne font pas le nécessaire.

Tsieleka

.

Article précédentRDC: le gouvernement dispose des données techniques de 16 blocs pétroliers à attribuer par appel d’offres
Article suivantRDC: OTTOOK.Com, une plateforme de commerce et d’épargne en ligne emporte plusieurs millions Usd des clients

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici