RDC: le gouvernement entretient le flou sur le processus de vente des blocs pétroliers et gaziers (Andé Lubaya)

0
491

Le gouvernement congolais a lancé ce jeudi 28 juillet 2022, la vente aux enchères de 27 blocs pétroliers et gaziers pour encaisser 500 milliards de dollars américains. En réaction, le député national, André Claudel Lubaya, ce processus a été lancé au mépris de principes énoncés par la législation en la matière.

« Dans un environnement mondial marqué par des conflits autour de l’accès et du contrôle des ressources naturelles, le gouvernement prévoit, avec empressement intéressé non dissimulé et d’un air futé cachant un activisme enjoué, de vendre au pied levé et aux enchères dès ce jeudi 28 juillet, 27 blocs pétroliers et gaziers du pays, dans une période aussi suspecte, où il peine à asseoir son autorité sur toute l’étendue du territoire national et, comble de tout, à l’approche des élections », déclare André Claudel Lubaya dans un communiqué rendu public ce jeudi dont une copie est parvenue à la rédaction de tsieleka.com. 

André Lupaya continue à s’interroger sur la communication faite à ce sujet. Pour lui, le gouvernement a fait une communication à la fois brouillée, obscure et ambiguë sur toutes les lignes, maniant le flou sur le processus en lui-même, a-t-il martelé. Pour preuve, tantôt le ministère des hydrocarbures affirme procéder à la vente aux enchères des blocs pétroliers et gaziers  » pour mobiliser les ressources nécessaires au développement du pays, tantôt il déclare lancer juste des appels d’offres pour l’attribution des droits des hydrocarbures ». Quand ce flou, ce qu’il y a le loup, dit-on.

lire aussi- RDC: l’Etat attend encaisser 500 milliards Usd après vente des blocs pétroliers et gaziers

La vente aux enchères de blocs pétroliers et gaziers devrait respecter les normes établies par le Décret N°16/010 du 19 avril 2016 portant règlement d’hydrocarbures. Et pourtant,  « les articles 21 et 22 de la précitée et 39 à 46 du décret imposent une liste de formalités à accomplir et des procédures à observer avant toute activité d’hydrocarbures et obligent l’État congolais de s’investir dans les travaux de recherche géologique, géophysique et géochimique en vue de l’évaluation de ses ressources en hydrocarbures ».

Face à cette prescription de la loi, André Claudel Lubaya, appelle au gouvernement qu’il est astreint par la loi, au devoir de redevabilité et de transparence dans la conduite des affaires du pays.

Il sied de noter qu’à l’instar du secteur minier, la RDC ne dispose pas d’une cartographie de potentialités pétrolières ou gazières faute de n’avoir fait un appel à un cabinet spécialisé en la matière. 

Olivier Masini 

Article précédentTshopo: deuxième phase de la campagne de vaccination de 700 000 enfants contre la poliomyélite
Article suivantFMI: la note économique mondiale se dégrade d’avantage suite à la guerre en Ukraine et la Covid-19

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici