Mines : le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi, principaux pays bénéficiaires de l’exploitation illégale de l’Or de la RDC (Rapport)

0
131

L’or du Sud-Kivu franchit clandestinement la frontière qui sépare la RDC du Rwanda, pour ensuite être blanchi au sein de la chaîne d’approvisionnement internationale légitime pendant son exportation vers Dubaï, où il passe pour de l’or d’origine rwandaise. C’est ce qu’affirme un groupe des chercheurs canadien, dans un rapport publié ce jeudi 17 septembre.

Selon les enquêteurs, après avoir extrait l’or, les exploitantes et exploitants miniers le vendent à des négociants. La législation de la RDC renseigne qu’il existe deux catégories de négociants : ceux qui œuvrent à partir des sites miniers et des petites villes, et ceux qui œuvrent dans les capitales provinciales et les grandes villes.

“L’exportateur transporte l’or dans un pays voisin, par exemple l’Ouganda, le Rwanda ou le Burundi, où il est regroupé. Il peut dès lors être transporté vers une destination internationale où il est affiné. Il peut également être acheté par un affineur local, car des affineries à grande capacité commencent à ouvrir dans la région des Grands Lacs”, expliquent les enquêteurs.

Et d’ajouter, “l’or, affiné ou doré, est acheminé vers un centre de commerce où il intègre la chaîne d’approvisionnement internationale légale”.

Hausse vertigineuse de la production rwandaise

Selon le rapport, l’écart est important entre la hausse des exportations aurifères et la capacité estimée de production d’or du Rwanda. Si les données sur la production aurifère sont difficiles à obtenir, le Service géologique des États-Unis estime que la production d’or du Rwanda était de 160 kg en 2014 et de 319 kg en 2015.

Pour mieux comprendre l’augmentation des exportations d’or du Rwanda, poursuivent-ils, il suffit d’examiner les déplacements des négociants autrefois basés en RDC vers le Rwanda.  Un rapport estime que pas moins de 300 kg d’or de contrebande transitent chaque mois par Bukavu en 2018.

En 2019, le pays a ouvert sa première raffinerie d’or, Aldango Ltd., qui dit pouvoir affiner 220 kg d’or par jour, soit 6 tonnes par mois. Le gouvernement rwandais, qui prévoit des recettes de 1,5 milliards USD dans le secteur minier d’ici 2024, fait de l’exploitation minière l’un de ses principaux moteurs de croissance.

PM

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici