CAMI: Félix Mupande, le puissant DG qui fait trembler à Kinshasa

0
1665
Photo: Jean-Félix Mupande, DG du Cadastre Minier

Une correspondance de la Ministre de tutelle datée du 1er novembre 2021, fait une nouvelle mise en place au sein du Cadastre Minier (CAMI). René Kazadi Mbuebue et Jean-Marie Isazu ont été nommés respectivement Directeur technique et Directeur financier à titre provisoire par la Ministre des Mines, Antoinette N’samba Kalambayi.

Cette nouvelle mise en place intervient, alors que l’ordonnance portant nomination d’un nouveau Directeur général, datant de 2018 et mise à jour par l’actuel ministre des Mines, n’a jamais été appliquée. Jean Félix Mupande, qui a officiellement installé ces deux directeurs, n’a jamais quitté ses fonctions. L’homme fort du Cami est-il en train de narguer toutes les institutions du pays ?

La réponse à la question est à trouver dans les actes administratifs, soulignent certains experts du secteur. En Janvier 2021,  l’ancien ministre des Mines Willy Kitobo tente de suspendre Félix Mupande. 24 heures après, ce dernier est réhabilité par l’ancien premier Ministre Sylvestre Ilunga. Willy Kitobo se limitera enfin à donner des conseils au directeur général du cadastre d’arrêter de flouer et distraire les gens. Tout en insistant à ce que ce dernier  rende compte de sa gestion de 15 ans à la tête de ce service public.

Pourquoi nargue-t-il le pouvoir ?

Au sein de l’administration publique, certains estiment que le DG du cadastre minier détiendrait beaucoup de secrets. Il a l’accès aux différents sites miniers et  maîtrise bien la cartographie, car il est artisan de plusieurs réformes actuelles. “L’évincer de manière spectaculaire serait l’occasion pour lui de devenir une bibliothèque de référence pour tous les chercheurs. Tout en maintenant à son poste, ce dernier peut encore garder le secret d’Etat”, affirme une source proche du CAMI.

Toutefois, son CV est encore très noir. En septembre  2020, Jean-Félix Mupande avait été accusé d’avoir touché une somme de 3 millions USD pour faciliter l’enregistrement de la cession des parts de la société Kimia Mining Investment à Fifi Odia. Une dénonciation balayée par ses proches. 

Par ailleurs, en poste depuis 2005, sa gestion est caractérisée par “la non transparence et contraire au nouveau code minier ”, indique la lettre de suspension lui adressé par l’ancien Ministre Willy Kitobo que Tsieleka a consulté.

Deux ans après son limogeage par Joseph Kabila, Jean-Félix Mupande garde dans son cœur les détails des titres miniers sous statuts à déchéance depuis plus d’un an; les raisons du maintien de plus 100 titres des miniers dont le statut a expiré depuis plus de 5 à 10 ans; le volume de fonds encaissés dans le cadre des régularisations des paiements des droits superficiaires. Des informations qu’il a refusé de communiquer en janvier dernier à son ministre de tutelle.

Tsieleka.com

Article précédentLubumbashi: des acteurs locaux à l’école de formation sur la gouvernance des revenus infranationaux du secteur minier
Article suivantRDC: l’avion rapatrié de l’Espagne avait été acheté par Matata Ponyo pour le compte de l’Etat (Mise au point)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici