Rénovation de l’aéroport de Ndjili : après résiliation de son contrat, Wietc compte saisir le tribunal arbitral de Paris

0
367

Tout par de la décision du ministre des transports, voies de communication et de désenclavement, Me Marc Ekila Likombo, a adressé en juin dernier, une correspondance au Directeur général de la Régie des voies aériennes -RVA SA- concernant « la décision de résiliation du contrat du marché de construction d’une nouvelle aérogare passagers à l’aéroport international de N’Djili ».

“Dans le but de se conformer sans délai aux recommandations des institutions et organes internationaux d’aviation civile, le gouvernement de la République a, lors de la réunion du jeudi 08 juin 2023 présidée par le ministre des Finances et moi-même avec la société WIETC (Chinoise Société Zhengwei Technique Coopération/Weihai International Economic & Technical Cooperative), avont pris la décision de mettre fin au contrat signé avec l’entreprise chinoise WIETC et d’explorer de nouvelles pistes de solutions devant lui permettre une entame rapide des travaux”, peut-on lire dans la lettre du ministre des transport.

De son côté, Wietc ne semble pas prêt à accepter cette résiliation. “Nous estimons que les raisons évoquées dans la lettre de notification de résiliation ne sont pas fondées et nous n’acceptons pas et n’adhèrent pas à cette démarche”, se défend la société chinoise.

(Re) lireRDC: l’entreprise chinoise WIETC/SZTC envisage de réaliser plusieurs projets d’intérêt public

Avant d’ajouter, « la suspension du projet n’est pas de la responsabilité de wietc mais comme indiqué dans votre notification, ladite suspension est causée par la non mobilisation des fonds nécessaires pour l’exécution du projet par le gouvernement ».

L’entreprise chinoise conseil à la RVA, une négociation à l’amiable. La résiliation ne sera parvenue qu’après que les deux parties trouvent un accord sur les conditions de résiliation du contrat.

Le projet de construction du nouvel aéroport international de N’djili était évalué à 340 millions de dollars. Dans ce montant total, le gouvernement de la République avait avancé 20 millions de dollars dans le cadre de l’acompte de 30%, soit 102 millions de dollars.

De son côté, Wietc avait aussi pré financé à hauteur de 10 millions de dollars. Face à la difficulté des trouver les ressources nécessaires pour achever ce projet, le gouvernement avait amorcé depuis 2018, des négociations avec la Banque d’import et d’export de la République populaire de Chine -Eximbank of China aux fins d’aboutir au financement du projet susmentionné. Cinq ans après, aucun décaissement du bailleur de fonds n’a été effectué.

Actuellement, a compagnie SZTC/WIETC réhébilite l’aéroport international de Kisangani dans le nord-est de la R.D.Congo.

Article précédentSud-Kivu: les victimes de l’exploitation minière s’organisent pour revendiquer leurs droit
Article suivantRDC-Angola: le corridor de Lobito est d’une importnance capitale pour le transport des matières premières (Félix Tshisekedi)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici