Taux de change : la dépréciation monétaire n’est pas unique à la RDC (Gouvernement)

0
349

Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a présidé, ce mardi 04 juillet 2023, dans son cabinet de travail, la réunion de conjoncture économique sous forme d’un rappel concernant la revue trimestrielle sur le taux de change.

Le Ministre d’État chargé du Budget, qui a fait office de porte-parole, a rappelé à la presse que ce phénomène de taux de change n’est pas typique de la RDC. Plusieurs autres pays du monde et de la région font eux aussi face à cette crise économique mondiale.

« Nous venons de terminer la réunion autour du Premier Ministre avec la gouverneure de la Banque Centrale et la Vice-Ministre des Finances autour de la question du taux de change. Je tiens d’abord à dire ici que c’est un phénomène qui n’est pas unique à la République démocratique du Congo. Plusieurs pays de la région et du monde font face à une crise d’inflation qui est importée suite à la crise économique mondiale”, a déclaré Aimé Boji Sangara, Ministre d’État, Ministre du Budget.

Et d’ajouter, “en guise de mesures pour essayer de freiner cet élan de dépréciation de notre monnaie, le Premier Ministre a commencé par rappeler les mesures qui ont été prises antérieurement pour endiguer ce phénomène-là. En premier lieu, Il s’agissait de publier chaque jour le taux de change officiel et parallèle dans les médias par la Banque Centrale. En deuxième lieu, rappeler la nécessité pour les bureaux de change d’afficher le taux à l’intérieur et pas à l’extérieur. Comme deuxième mesure, le bon taux directeur, celui de la BCC qui vient d’être relevé le sera peut-être dans les semaines qui viennent en vue de réduire la demande et d’absorber la liquidité sur le marché de change ainsi que contribuer à la stabilité de notre monnaie locale”.

Sur le terrain, la situation est caractérisée par la baisse du pouvoir d’achat, inflation galopante. Depuis janvier 2023, le franc congolais s’est déprécié à près de 10% par rapport au dollar américain.

Article précédentRDC: CMOC et CATL veulent participer dans la matérialisation d’une usine de fabrication des batteries électriques
Article suivantSud-Kivu: les victimes de l’exploitation minière s’organisent pour revendiquer leurs droit

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici