RDC : l’économiste Jean Paul Tsasa dresse le chemin à suivre pour relever le revenu par habitant

0
345

En 1960, le revenu par habitant (PIBH) de la RDC était 5 fois plus élevé que celui de la Chine. En 2023, le PIBH de la Chine est devenu 29 fois plus élevé que celui de la RDC. Un constat fait par l’économiste Jean Paul K. Tsasa dans une note publiée ce mercredi.
L’auteur fait une analyse sur ce que sera le Congo dans le concert des nations à l’horizon 2060. Un véritable regard prospectif sur les obstacles que la RDC doit surmonter et les opportunités qu’elle peut saisir sur le chemin de son centenaire de l’indépendance.

Jean Paul K. Tsasa relève que la route vers le centenaire de l’indépendance de la RDC est naturellement jalonnée de nombreux défis. Toutefois, avec une vision claire, un leadership efficient et une détermination inébranlable à surmonter les obstacles, la RDC peut avancer avec optimisme. La vision du centenaire ne doit pas simplement être un rêve, mais un plan d’action concret, guidé par la réalité du présent et les aspirations de l’avenir, mais aussi par le courage de prendre le risque et de passer du discours à l’action.

Parmi ces nombreux obstacles, l’auteur note entre autres, la corruption, l’instabilité politique, les conflits armés et les inégalités sociales qui ont laissé des marques indélébiles dans le tissu socio- économique du pays. Toutefois, en adoptant une approche de gouvernance intègre et transparente, et en mettant en œuvre des réformes institutionnelles profondes, ces défis peuvent être surmontés.

Les opportunités, quant à elles, sont aussi vastes que le pays lui-même. Des ressources naturelles abondantes, une démographie dynamique, un potentiel de diversification économique, et une compréhension approfondie des enjeux sociologiques et anthropologiques de la RDC, sont autant de leviers qui, s’ils sont bien exploités, peuvent mener le pays sur la voie de la prospérité.

Inspirée par la transformation de la Chine au cours du siècle dernier, la RDC a la possibilité d’échafauder une stratégie de développement durable. Un État stratège, qui ne se contente pas de réguler, mais qui façonne activement l’avenir du pays, apparaît alors comme un impératif. Cet État doit veiller à investir dans l’éducation, à diversifier l’économie, à développer l’infrastructure, et surtout, à faire preuve de volonté politique et d’un leadership efficient œuvrant pour l’instauration d’une gouvernance de qualité et l’émergence des institutions inclusives.

La RDC a le potentiel de forger son propre destin alors qu’elle se dirige vers son centenaire. Il ne tient qu’à elle de saisir les opportunités qui se présentent, de surmonter les obstacles qui se dressent sur son chemin, et de marcher résolument vers un avenir où la prospérité et la stabilité ne sont pas simplement des aspirations, mais des réalités concrètes pour tous ses citoyens. Ne pas le faire condamnera la RDC à figurer parmi les pays pauvres en 2060.

Article précédentRDC-Taux de change : CREFDL recommande la dedollarisation dans le circuit de la dépense publique et dans le commerce
Article suivantRDC: les experts réfléchissent sur la nouvelle économie du Climat

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici