L’emprise de la Chine sur les minerais africains suscite une réponse américaine

0
218

Les États-Unis avancent à toute vapeur dans leurs efforts pour rattraper la Chine dans une partie du monde devenue centrale pour la transition verte : la « ceinture de cuivre » de l’Afrique.

Chargées de minéraux essentiels à la production de batteries et d’autres composants d’énergie renouvelable, la Zambie et la République démocratique du Congo sont devenues le dernier lieu de la lutte pour l’avantage entre Washington et Pékin.

Dans le cadre de son ambition déclarée de défier la domination chinoise, l’administration Biden a vu une opportunité de revitaliser une ligne ferroviaire vieille d’un siècle reliant les principales mines africaines à un port de l’océan Atlantique. Appelé corridor de Lobito, les États-Unis investissent des centaines de millions de dollars dans ce projet.

Dans le mini-documentaire Bloomberg Originals How the US Can Rival China in Africa , nous montrons comment l’initiative pourrait offrir une voie rapide vers les États-Unis et l’Union européenne pour ces éléments critiques.

Mais les États-Unis sont en retard. La Chine a construit pour la première fois une ligne ferroviaire dans les années 1970, allant vers l’est de la ceinture de cuivre jusqu’au port de Dar es Salaam en Tanzanie. Une entreprise d’État chinoise a ensuite reconstruit une ligne ferroviaire clé en Angola pour un coût estimé à 2 milliards de dollars.

Au cours de la dernière décennie, l’initiative « la Ceinture et la Route » du président Xi Jinping a permis à la Chine d’investir près de 1 000 milliards de dollars dans des projets d’infrastructures dans les pays en développement. Les États-Unis sont loin d’y parvenir.

Aujourd’hui, la situation pourrait changer, le corridor de Lobito servant de modèle au plan du président américain Joe Biden et du Groupe des Sept visant à investir 600 milliards de dollars dans des projets similaires sur cinq ans.

Cependant, la Chine ne domine pas uniquement les infrastructures. Une grande partie de la production de cuivre du Congo est contrôlée par des sociétés chinoises, et les investissements américains dans l’exploitation minière zambienne sont minimes.

Une startup de la Silicon Valley appelée KoBold metals affirme vouloir modifier cette dynamique. Soutenue par Bill Gates et Sam Altman d’OpenAI, la société s’empresse de transformer son immense gisement de cuivre du nord de la Zambie en une mine qui sera l’un des principaux bénéficiaires du projet de corridor de Lobito.

Article précédentRDC: la mine de cuivre Kamoa-Kakula émet le moins de carbone
Article suivantRDC: Une start-up minière soutenue par Bill Gates veut se développer au Congo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici