RDC: la mine de cuivre Kamoa-Kakula émet le moins de carbone

0
268
Photo: Usine de Kamo-kakula au Lualaba

Ivanhoe Mines a annoncé jeudi qu’une évaluation des émissions de gaz à effet de serre (GES) a établi son complexe de cuivre de Kamoa-Kakula, en République démocratique du Congo, comme le principal producteur de cuivre du marché en termes d’empreinte carbone.

L’évaluation  réalisée par les consultants indépendants Skarn Associates de Londres, en Angleterre, et le groupe WSP de Montréal, au Canada confirme qu’en 2022, Kamoa-Kakula a produit parmi les émissions les plus faibles par unité de cuivre de toutes les grandes mines de cuivre au monde.

Selon le mineur canadien, cela est dû en partie aux gisements à teneur incroyablement élevée de Kamoa-Kakula, avec un minerai broyé à une teneur moyenne de 5,5 %, soit environ dix fois supérieure à la teneur moyenne mondiale estimée en cuivre de 0,6 %.

Cela s’explique également par le fait que le réseau de la RDC est parmi les plus propres au monde, avec 99,5 % de l’électricité du réseau produite à partir de l’hydroélectricité, selon l’Energy Information Administration des États-Unis.

Cela comprend les investissements dans la production hydroélectrique que Kamoa Copper a réalisés en partenariat avec le service public de l’État de la RDC, tels que la centrale hydroélectrique de Mwadingusha de 78 MW achevée et les travaux en cours à la turbine n°5 du barrage Inga II.

Article précédentRDC-9ème jeux de la Francophonie : CREFDL publie la liste des 15 infrastructures surfacturées
Article suivantL’emprise de la Chine sur les minerais africains suscite une réponse américaine

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici