Une délégation du FPI inspecte en Chine les transformateurs de la Centrale voltaïque de Tshipuka dans le Kasaï Oriental

0
734
transformateur de la centrale photovoltaïque de Tshipuka

Le Fonds de Promotion de l’Industrie est plus que déterminé à doter la province du Kasaï Oriental en alimentant la ville de Mbuji-Mayi en électricité en mettant en place  une centrale photovoltaïque qui aura une capacité de  production de 10 mégawatts par jour avec un stockage de 5 mégawatts la nuit. Ce projet d’importance capitale est financé par le Fonds de Promotion de l’industrie (FPI), dans le cadre du Programme Présidentiel connaît des avancées significatives.

Pour permettre l’avancement de ce projet, une mission mixte composé de membres du FPI et  de Grand International Group, Maître d’œuvre du projet s’est rendu en Chine pour assister à l’inspection avant expédition des trois transformateurs destinés à cette centrale photovoltaïque à l’issu d’un test qui s’est avéré satisfaisant. Ces matériels sont prêts pour l’expédition au site de Tshipuka dans le Kasaï-Oriental en RDC

« Conformément aux clauses du contrat relatif aux travaux de construction de la centrale photovoltaïque de TSHIPUKA qui lie le FPI au Groupement des entreprises Égyptienne Hassan Allan/Pegesco qui exécute ces travaux, la vérification qualitative des matériaux et produits ainsi que les essais et épreuves techniques doivent être opéré à chaque étape du processus de montage de la centrale photovoltaïque. Voilà la raison d’être de l’équipe d’experts aux installations de Jiangsu Ryan Electric », a déclaré la délégation sur place.

A en croire la délégation , les vérifications et les essais ont été faites par le Maître d’œuvre du projet, à savoir  Grand International Group, sous le regard du FPI  qui veille au quotidien à l’aspect qualité de l’ouvrage.

Ces trois transformateurs ont été commandés et fabriqués sur mesure pour la centrale photovoltaïque de Tshipuka. L’un sera sera installé au poste de l’aéroport de Bipemba à Mbuji-Mayi où il va ajuster la tension de 33 kilovolt à 15 kilovolt pour répondre aux besoins du réseau de distribution dans la ville de Mbuji Mayi sur l’énergie de 10 Mégawatts qui sera produite par la centrale photovoltaïque.

Le deuxième transformateur d’une capacité de 250 kilovoltampères sera placé à la station Tshipuka, et va servir de source d’énergie pour les différents besoins électriques de la centrale solaire, y compris du bâtiment de contrôle électrique, ainsi que pour les besoins de tous les autres équipements à l’intérieur de la centrale, voir même pour l’éclairage du site.

Enfin, le troisième transformateur a une capacité de 100 kilovolts ampères sera placé dans la sous-station de l’aéroport et répondra aux besoins électriques de la sous-station elle-même, y compris de tous les équipements électriques et mécaniques qui la composent.

Ces équipements ont été fabriqués par Jiangsu Ryan Electric qui est une industrie chinoise de haute technologie opérationnelle depuis 2007. Cette firme est spécialisée dans la fabrication d’équipements de transmission et de transformation électriques de diverses puissances.

« nous avons testé les trois transformateurs destinés au projet Tshipuka. Le transformateur auxiliaire de la centrale photovoltaïque, le transformateur auxiliaire de la station de l’aéroport et enfin le transformateur principal de la station de l’aéroport. Je suis très impressionné par les efforts considérables et le professionnalisme de l’usine qui a réalisé tous les tests requis sur les transformateurs pour ce test d’acceptation en usine (FAT) ici en Chine » a déclaré l’ingénieur PETRIT EMINI, expert en électricité chez Grand International group.

Le FPI par le biais de François MPUILA MUKENDI, Directeur au FPI et le team leader de ce projet a rassuré qu’il n’y a pas arrêt des travaux sur place à mbuji mayi. 

 «la réalité est qu’il y’a eu réduction du nombre des travailleurs dû au fait que le système d’approvisionnement du site de Tshipuka avait connu un problème. Mais aujourd’hui, nous annonçons que cette difficulté de l’approvisionnement du site a trouvé une solution grâce à une collaboration entre le FPI et l’Inspection Générale des Finances (IGF). Il y a des travaux qui se font sur le site notamment  la construction du bâtiment de contrôle».

Avec l’acquisition de ces matériels, on peut conclure que ce projet énergétique de Tshipuka n’est pas une illusion bien plus une réalité et son opérationnalisation sera effective dans les tous prochains jours.

Olivier Masini  

Article précédentRDC: Une start-up minière soutenue par Bill Gates veut se développer au Congo
Article suivantRDC-Elections de 2023 : une synergie d’ONG interpelle à la fin de la campagne électorale précoce

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici