RDC: comment donner un accès équitable à l’information aux  populations vulnérables

0
104

La radio ce média qui informe la population doit accorder un accès équitable à tout le monde et particulièrement en République Démocratique du Congo  la radio doit donner aux personnes vivants avec handicap pour plus d’inclusivité afin d’éviter la discrimination. Le  sujet a été débattu par les experts à travers une table lors de la célébration de la journée mondiale de la radio.

En République Démocratique du Congo, cette célébration, sous l’égide de la Fédération des Radios de Proximité du Congo, FRPC, avec l’appui technique d’Internews et l’accompagnement du Ministère de la Communication et Médias,  a eu lieu au Fleuve Congo Hôtel, le 13 février 2024, sous le thème voté par l’UNESCO,  à savoir « Célébrer ensemble le passé remarquable de la radio, son présent pertinent et son avenir dynamique », il était question de montrer l’importance de la radio, cet outil centenaire d’information malgré les nombreuses mutations qu’elle a subi et qui, pour sa survie, dans ce siècle doit s’engager forcément dans une  mutation vers le numérique.

 « La pertinence de 650 radios communautaires, associatives et confessionnelles, membres de la Fédération des Radios de Proximité du Congo (FRPC) en milieux ruraux surtout, par leur  accessibilité à moindre coût, sans effort en énergie électrique, fait de lui un média majeur en République Démocratique du Congo. Ce sont ces médias principalement, à côté des autres, dans une certaine mesure certes,  qui assurent dans le Congo profond l’accès à l’information, à l’acceptance humaine, à la résilience des toutes ces populations affectées par des crises, des catastrophes, aux réfugiés, aux déplacés massifs fuyant les affres de la guerre imposée, par les voisins épris de haine et de jalousie aux accents « caienistes », etc. ou dans les zones où les infrastructures de télécommunications sont limitées », a déclaré Jean-Claude LUMISA, Secrétaire Permanent de la Fédération des radios de proximité du Congo.

L’Internews qui accompagne la Fédération des Radios de proximité du Congo est en RDC depuis 2011 et travaille  sur le développement des radios communautaires et médias en ligne mais aussi sur l’amélioration de l’information des communautés en matière de santé.

« les équipes d’Internews en République Démocratique du Congo et moi-même à titre personnel, une grande joie et fierté de pouvoir appuyer la Fédération des Radios de Proximité du Congo, (FRPC),  pour célébrer cette journée mondiale de la radio. Une journée mondiale de la radio qui nous invite cette année à réfléchir sur son rôle et son avenir en examinant, je cite l’UNESCO, son rôle, son impact sur l’information, sa valeur utilitaire pour les communautés et les citoyens ici en RDC », a souligné Bernard DENDE, Directeur Pays d’Internews,  .  

 En RDC, les médias en général et particulièrement les radios communautaires font face au problème de fiscalité et celui lié à la mutation vers le numérique pour être plus compétitif. Le Ministre de la communication et des médias, Patrick Muyaya Katembwe, a reconnu ces défis et a souligné également l’apport du Gouvernement pour accompagner ces médias congolais.  « Évidemment il y a la question de la fiscalité qui revient souvent même si à ma connaissance, les radios communautaires, c’est 50% des différents frais de ce que vous avez évoqué tout à l’heure. C’est très intéressant de regarder le reportage qui a été diffusé, je ne sais pas si tout le monde a fait attention comme moi. J’ai entendu toutes les quatre langues nationales. J’ai vu les gens dans les fermes, dans les champs avec des radios ; c’est-à-dire que la radio, quoi que l’on dise, reste le média, à mon avis, le plus prisé dans un pays immensément grand comme un continent. Des radios affiliées, 650, donnent un aperçu véritable de ce que cela représente », a martelé le Ministre de la Communication et des Médias et Porte-Parole du Gouvernement de la RDC. .

Pendant la table ronde, trois panelistes se sont partagés le temps pour expliquer en profondeur l’importance d’accès équitable à l’information. Il s’agit du Ministre de la  Communication et médias, qui a exploité le sous-thème « Comment combattre les discours de haine, les discours tribalistes et promouvoir la cohésion sociale à travers la participation des plus vulnérables aux débats publics grâce à la radio ? » ; de Madame Sergine REHEMA (Journaliste reporter à la radio Top Congo et Coordonnatrice de l’ONG Handicap Zéro), est revenu sur « Discuter du rôle de la radio dans la transformation des récits stéréotypés, en soulignant  la nécessité de présenter des histoires authentiques, positives et émancipatrices sur les communautés vulnérables » et de Monsieur Jean-Claude LUMISA (Secrétaire Permanent de la FRPC), a épinglé l’« tout en assurant sa survie économique, comment la radio peut-elle formé des plateformes inclusives pour une voix aux personnes vulnérables en promouvant l’autonomisation, la sensibilisation et le changement social ? ».

Olivier Masini

Article précédentRDC : le  gouvernement arrachent un contrat de 450 millions de dollars américains pour la construction de 180.000 km des routes
Article suivant RDC : L’IGF bloque 1,5 milliard USD des dépenses irrégulières

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici