Kinshasa: a cause des embouteillage les Kinois passent en moyenne 1,1 h pour aller au lieu du travail (Enquête) 

0
542

Kinshasa: a cause des embouteillage les Kinois passent en moyenne 1,1 h pour aller au lieu du travail (Enquête) 

Circuler dans la ville de Kinshasa devient de plus en plus difficile à cause des embouteillages récurrents observés ces derniers temps dans la capitale congolaise. Une enquête menée par un cabinet d’études et conseil Congo challenges affirme que les Kinois passent 1,1h du temps moyen de déplacement entre la maison et le lieu de travail alors que dans d’autres pays  tels la France, les USA, la Grande-Bretagne trente-deux minutes suffisent pour atteindre le lieu de travail.    

A en croire les enquêteurs, le problème de la durée moyenne du trajet entre la maison et le travail pose un problème majeur dans la ville de Kinshasa, compte tenu de plusieurs aspects liés aux infrastructures, les types de mobilités et autres facteurs. Les personnes passent en moyenne 1,1h pour aller au travail à la place de 30 minutes. La valeur médiane pour le temps de déplacement est d’une heure et la dispersion des données autour du temps moyen de déplacement est de 0,43 h. 

L’enquête s’est basée sur un échantillon de 508 personnes interrogées 323 répondants ont leurs activités dans la commune de la Gombe, ce qui représente environ 64% de l’échantillon. Soit une moyenne de 68.86824 pour un maximum de 120 personnes qui se déplacent dans la commune de la Gombe chaque jour. 

Pour améliorer les embouteillages dans le secteur de transport à Kinshasa du fait que le temps moyen de déplacement est plus élevé. D’où, les autorités urbaines doivent s’investir dans l’amélioration des infrastructures de transport. Ceci passe avant tout par l’élargissement des routes, la construction de nouvelles voies, l’amélioration des transports en commun, afin de réduire les congestions routières et d’optimiser les déplacements. 

Cependant, un intérêt particulier doit être porté aux communes de Ngaliema, Mont-Ngafula, Bandalungwa, Kintambo, Lemba, Sélembao, Limete, Ndjili, Masina, et Bumbu qui doivent être urbanisé en leur dotant des infrastructures routières dans ces municipalités. 

Olivier Masini 

Article précédentRDC: Le FPI et le FOGEC signent un partenariat innovant pour faciliter le financement des projets des jeunes
Article suivantRDC: Exécution du Budget 2023, le Gouvernement a mobilisé 9,8 milliards de dollars sur une prévision de 14 milliards (CREFDL) 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici