RDC: L’entreprise chinoise Norinco va racheter Chemaf, une entreprise congolaise d’extraction de cobalt en difficulté

0
276

La société minière Chemaf SA a accepté de vendre des actifs en République démocratique du Congo à la société minière chinoise Norin Mining pour régler des dettes largement financées par son partenaire de longue date, le négociant en matières premières Trafigura, a-t-il déclaré jeudi.

Les détails financiers n’ont pas été divulgués.

Le nouveau propriétaire, une unité de China North Industries Corp (Norinco), soutenue par l’État chinois, dispose des ressources et des capacités techniques nécessaires pour mener à bien l’expansion de deux projets de cobalt et de cuivre au Congo, a déclaré la Chemaf dans un communiqué.

Les mineurs chinois, dont la plupart sont soutenus par l’État, sont devenus les plus gros investisseurs au Congo, car la deuxième économie mondiale cherche agressivement à s’approvisionner en cuivre et en cobalt pour son industrie des véhicules électriques, qui connaît une expansion rapide. Le Congo est le premier fournisseur mondial de cobalt, et Norinco y possède déjà les exploitations de cuivre et de cobalt Comica et Lamikal.

Chemaf, une entreprise familiale d’extraction de cuivre et de cobalt, s’est mise en vente l’année dernière en raison d’une pénurie de liquidités qui bloquait l’expansion de ses projets Etoile et Mutoshi au Congo, en raison de l’effondrement des prix du cobalt.

La Chemaf a déclaré en octobre qu’elle avait besoin de 300 millions de dollars pour achever l’expansion afin de produire environ 75 000 tonnes de cuivre et 20 000 tonnes de cobalt par an. Elle dispose d’environ 690 millions de dollars d’emprunts, dont environ 590 millions de dollars arrangés par Trafigura.

Trafigura s’est refusé à tout commentaire.

Norinco commercialise environ 560 000 tonnes de produits de cuivre et 10 000 tonnes de cobalt par an, selon les données publiées sur son site web.

Les entreprises chinoises se sont développées de manière agressive en Afrique à la recherche de minéraux essentiels pour leurs fabricants de véhicules électriques, et contrôlent environ 80 % de l’industrie du cuivre et du cobalt au Congo.

MMG, soutenue par l’entreprise publique China Minmetals NonFerrous Co, a acheté la mine de cuivre Khoemacau au Botswana l’année dernière pour environ 1,9 milliard de dollars.

L’entreprise de services miniers et de sous-traitance JCHX Mining, cotée à Shanghai, a pris le contrôle de la mine de cuivre Lubambe en Zambie, pays voisin du Congo, ce mois-ci.

Article précédentRDC: Le président Tshisekedi demande au gouvernement de revoir la politique salariale des agents et fonctionnaires de l’état 
Article suivantRDC: La Gécamines s’oppose à vente de Chemaf soutenu par Trafigura

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici