RDC – Lutte contre la pauvreté: le FPI évalue les projets d’infrastructures financés au Kasaï-Oriental

0
303
Photo: vue d'une école financée par le FPI à Mbuji-Mayi

Le Directeur général du Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) Bertin Mudimu a fait la ronde de tous les chantiers des projets financés par son institution à Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï-Orientale. Plusieurs constructions des écoles, des hôpitaux, des routes, d’électrification et d’adduction d’eau potable sont initiées dans le cadre du Programme Présidentiel Accéléré de Lutte contre la Pauvreté et les Inégalités Sociales initié par le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi.

L’évaluation a commencé le jeudi 22 juin 2023 à la Centrale photovoltaïque de Tshipuka. L’infrastructure, qui doit fournir 10 mégawatts à la ville de Mbuji-Mayi, est située dans le territoire de Katanda. L’entreprise égyptienne Hassan Allam Construction qui exécute les travaux et Gradi International, qui effectue le contrôle, ont indiqué que les travaux sont réalisés à 65 % et l’ouvrage devra être livré le 31 décembre dette année.

Ensuite, le DG Bertin Mudimu a visité la sous-station de distribution de l’énergie, en pleine construction. Sur ce point, Hassan Allam demande l’implication de l’Etat congolais pour l’acheminement des matériaux de construction bloqués à Kasumbalesa et à Matadi. Le Gouvernement devrait mettre la pression sur la Société Nationale de Chemin de Fer du Congo (SNCC) et les transporteurs routiers pour que tous les matériaux arrivent à Mbuji-Mayi pendant la saison sèche.

La délégation a aussi évalué les travaux de la route Kananga/Mbuji-Mayi. Pour palper du doigt des travaux exécutés par SAMCRETE DRC, le DG Bertin Mudimu a assisté au test de compactage du sol avant de se rendre dans le territoire de Lupatapata, à la carrière d’exploitation des graviers. Ici, l’entrepreneur a soulevé au patron du FPI le problème de délocalisation des câbles de la SNEL, de la fibre optique et des tuyaux de la Regideso. A ce propos, plus d’inquiétude car, le FPI à déjà payé l’argent à la SNEL, à la Regideso et à la SCPT.

Un clin d’oeil sur les écoles et hôpitaux

Quant aux écoles et hôpitaux financés par le FPI, les travaux sont totalement terminés à l’Institut du 4 Janvier de Mbuji-Mayi. 4 écoles fonctionnent déjà dans plusieurs bâtiments ultra-modernes. Les nouveaux pupitres ont été commandés. Avant la prochaine rentrée scolaire en septembre, toutes les classes seront équipées de nouveaux bancs. A l’Institut Kalenda Mudishi, jadis Jean-Baptiste de la Salles, les travaux de renovation continuent encore. L’école pourrait être remise aux utilisateurs dès le mois de septembre. L’Agence d’exécution locale accentue la pression sur l’entreprise qui réalise les travaux, déjà réalisés au-delà de 70%.

Dans le cadre de la couverture santé universelle, le Fonds de Promotion de l’Industrie a subventionné la construction de deux grands hôpitaux à Mbuji-Mayi : l’hôpital de Muya est achevé à 95 %. D’imposants bâtiments ultra-modernes y sont érigés.Il ne reste que le raccordement à l’eau, à l’électricité et les équipements médicaux. A cela s’ajoute, l’hôpital de Kansele en pleine érection. Plusieurs grands bâtiments ont poussé du sol. Le DG du FPI Bertin Mudimu Tshisekedi a exhorté l’entreprise qui réalise les travaux à appuyer sur l’accélérateur.

L’enclavement, un handicap à l’évolution des travaux

Toutes les sociétés de construction qui réalisent les travaux déplorent l’enclavement du Kasaï-Oriental. Ce qui provoque des coûts excessifs des matériaux et la lenteur du Gouvernement dans l’accomplissement de certaines tâches et le respect des engagements.

“Les clauses des contrats doivent être respectées car chaque société était au courant des réalités du pays. Les entreprises congolaises doivent aussi travailler avec patriotisme. Vous avez gagné des marchés parce vous avez des capacités financières, techniques et humaines. Les règles de passation des marchés doivent être respectées par toutes les parties. Pas d’excuses,  » a martelé le DG Bertin Mudimu Tshisekedi.

Profitant de la visite de Bertin Mudimu a Mbuji-Mayi, le DG de la Société des Boissons Gazeuses du Kasaï-Oriental (filiale de la Miba) Val Daniel Kabongu sollicite un appui financier de 2 millions de dollars américains pour la relance de cette unité de production. Concernant la garantie pour obtenir le prêt du FPI, le DG de SOGAKOR, parle de la valeur vénale du patrimoine de sa société, estimée à 6 millions de dollars $.

VM

Article précédentRDC: le détournement des deniers publics est à la base de manque d’infrastructures (Jules ALINGETE)
Article suivantAIGA: Sama Lukonde appelle à d’investissements dans le secteur énergétique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici