Développement: la RDC lorgne désormais vers les BRICS

0
320

Au dernier jour du 15ᵉ Sommet des BRICS qui se tient à Johannesburg en Afrique du Sud et avant la déclaration conjointe sanctionnant la fin de ces assises, le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, est intervenu, ce jeudi 24 août 2023, devant les Chefs d’État et de Gouvernement membres de cette organisation et des pays invités, pour prononcer le discours de la République démocratique du Congo, au nom du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Dans son allocution, le Chef du Gouvernement congolais a premièrement salué « l’optimisme » qui caractérise les cinq membres des BRICS à affronter les problèmes qui se posent à l’humanité actuellement.

“Ce Sommet s’inscrit, dans la dynamique du changement du paradigme macro-économique et géopolitique du monde et place nos États respectifs devant leur responsabilité de trouver des solutions appropriées aux grands défis qui se posent à l’humanité, à l’instar de la pandémie à COVID-19, du changement climatique, de l’atteinte des Objectifs de Développement Durable à l’horizon 2030, de la transition énergétique et de la biodiversité. Face à toutes ces réalités, il y a lieu de relever que d’Ekaterinbourg en Russie en 2009 à Johannesburg en Afrique du Sud en 2023, il y a certes un pas qui a été franchi, notamment celui de l’existence de la Banque de Développement et d’un Fonds Commun des Réserves de change des BRICS afin de consolider l’optimisme à affronter les problèmes qui se posent à l’humanité », a déclaré d’entrée de jeu le Premier Ministre Sama Lukonde.

Saisissant la portée du thème central du Sommet : « Le partenariat pour une croissance mutuelle accélérée, un développement durable et un multilatéralisme inclusif », le Premier Ministre congolais a invité les BRICS à capitaliser particulièrement les atouts de la RDC face aux défis qui se posent à l’humanité.

“Au regard de cette avancée, et devant apporter sa contribution à cet édifice, la République démocratique du Congo, qui affronte les défis d’une guerre d’agression injuste dans sa partie Est, vient à ce Sommet comme « Pays solution ». Pays solution en ce que la République démocratique du Congo dispose d’un potentiel et des atouts qui constituent un apport indéniable aux défis que je venais d’énumérer », a-t-il dit avant d’énumérer les potentialités de la RDC qui font de ce géant au centre de l’Afrique, un pays incontournable tant dans la transition énergétique que dans la lutte contre le changement climatique.

La RDC est un vaste territoire de 2.345.410 Km2 disposant de 80 millions d’hectares des terres arables utiles au développement de grands projets agricoles. Le Congo-Kinshasa héberge une main-d’œuvre de plus de 50 millions des jeunes. Sur le plan des écosystèmes, elle dispose d’un massif forestier protecteur de la couche d’ozone d’environ 155,5 millions d’hectares, soit 10% des forêts tropicales de la planète et plus de 60% des forêts du Bassin du Congo, en plus d’importantes réserves des écosystèmes naturels de la planète, les tourbières de plus de 30 gigatonnes de dioxyde de carbone.

En ce qui concerne l’énergie, la RDC dispose d’un potentiel photovoltaïque estimé à 70.000 mégawatt grâce à son exposition naturelle sous la ligne de l’Équateur. Pour ce qui est de la réponse au déficit énergétique, le pays de Lumumba a un important potentiel énergétique, d’environ 37% du potentiel africain et 6% du potentiel mondial et est capable de fournir plus de 100.000 mégawatt grâce à son barrage hydroélectrique d’Inga.

C’est fort de toutes ces potentialités que le Premier ministre a conclu son discours en disant : “Au regard de tous ces atouts, j’aimerais bien attirer l’attention de tous à plus d’engagement financier dans les programmes destinés aux domaines cités, mais spécifiquement à ceux orientés vers nos centres semi-urbains et villages concernés par la transition énergétique et qui implique la protection de l’environnement. L’évaluation des potentialités dont regorge mon pays m’amène à affirmer son caractère de pays solution, car les investissements souhaités et attendus et qui s’inscrivent dans un cadre de coopération multilatérale gagnant-gagnant permettent au monde d’affronter les défis qui se posent à lui sans heurts”.

Les BRICS est un acronyme qui regroupe le bloc des pays émergents: l’Afrique du Sud, l’Inde, le Brésil, la Chine et la Russie. Au menu de ce 15ᵉ sommet, l’élargissement à de nouveaux membres du bloc de pays émergents. Les BRICS revendiquent notamment une croissance accélérée, un développement durable et un multilatéralisme inclusif.

Article précédentRDC : le gouvernement veut reprendre les actifs de cuivre et de cobalt non développés de l’ERG
Article suivantRDC : Boss Mining signe un accord de plan de développement communautaire avec de nouveaux partenaires communautaires dans le Haut-Katanga

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici