RDC – Emirats Arabes Unis: Préparation d’un accord de libre échange commercial

0
451

La République démocratique du Congo et les Emirats Arabes Unis préparent la signature d’un important accord commercial. Une réunion technique a été organisée à Kinshasa entre les experts des deux pays. Trois listes de produits à libéraliser, sensibles et non libéralisables ont été dressées, indique une source du Ministère des finances.

« Il nous est demandé de présenter trois listes de marchandises. Primo, la liste des produits à libéraliser, secundo la liste des produits sensibles et tertio, la liste des produits non libéralisables dans le cadre du commerce des marchandises », a déclaré le directeur du Bureau de coordination de la Direction générale des douanes et accises (DGDA), Gabriel Mwepu Numbi.

Les marchandises échangées entre les deux pays, sur lesquels les discussions ont portées, sont notamment les véhicules automobiles généralement usagés, les huiles de pétrole, quelques produits alimentaires tels que le lait, les machines de traitement de l’information dont les ordinateurs, les produits chimiques, les produits de quincaillerie, ainsi que les effets vestimentaires. Les Émirats Arabes Unis importent de la RDC principalement les produits miniers, les minerais et métaux, les bois brutes, les machines et appareils en perfectionnement passif ou en réparation.

Grâce à l’outil informatique, la DGDA a pu retracer les produits échangés entre les deux pays durant ces 4 dernières années”, a poursuivi Gabriel Mwepu. Du côté de la partie émiratie, la priorité est donnée à un accord de libre-échange qui implique la réduction du taux des douanes sur les marchandises échangées.

Le point de divergence demeurent, à savoir la nature des accords à signer entre les deux parties: soit c’est un accord commercial et de protection des investissements ou un accord de libre-échange, impliquant la réduction des taux des droits des douanes et l’accord de la Zone de libre-échange continental africaine (ZLECAF).

Article précédentRDC: l’inflation annuelle se situe à 17,2% au 30 Août, affirme le Gouvernement
Article suivantRDC: le budget 2024 à l’épreuve de la sincérité et de transparence

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici