Reddition des comptes : CREFDL constate l’éparpillement de 298,2 millions $ destinés à l’achat de semences agricoles

0
607

Le Centre de recherche en finances publiques et développement local, CREFDL, a, dans son rapport d’analyse de la Reddition des comptes 2022, relevé beaucoup des pratiques de mauvaise gouvernance financière en République Démocratique du Congo. CREFDL, une structure de la société civile constate que 22 institutions et Ministères auraient activé une ligne « acquisition semences agricoles et produits agro-alimentaires à hauteur de 635,3 milliards FC soit 298,2 millions de dollar américains ». Une actions qui ressort de la compétance des Ministères de l’Agriculture, du Développement Rural, de la Pêche et élevage, de la Recherche Scientifique, du Service national et de la réserve Stratégique générale.

“22 institutions et Ministères ont activé la ligne « acquisition semences agricoles et produits agro-alimentaires». Il s’agit entre autres de la Primature, l’Assemblée nationale, droits humains, (…). Le gouvernement a dépensé un montant de 635,3 milliards FC (298,2 millions $). Pour les enquêteurs de la Cour des Comptes, l’activation de cette ligne est limitée aux seuls Ministères de l’Agriculture, du Développement Rural, de la Pêche et élevage, de la Recherche Scientifique, du service national et de la réserve Stratégique générale. CREFDL qualifie cette situation de détournement de denier public et ne facilite nullement l’efficacité de la dépense publique », peut-on lire dans le rapport de CREFDL que la rédaction de Tsieleka.com a consulté.

En outre, CREFD note que 2,9 milliards $ dépensés hors circuit budgétaire et sans autorisation préalable du Parlement ; Le décaissement à la Banque centrale du Congo de 1,3 milliard $ en procédure d’urgence prouve à suffisance que le gouvernement congolais est un mauvais élève en matière des finances publiques.
Le rapport d’analyse de CREFDL, une organisation de la société civile qui prône la bonne gouvernance financière en République Démocratique du Congo, a listé plusieurs faits démontrant les mauvaises pratiques de gouvernance des finances publiques par les institutions et Ministères censés les promouvoir.

Ainsi, le Centre de Recherche en Finances Publiques et Développement Local déplore la violation intempestive de la Loi relative aux finances publiques qui a porté un coup dur au développement du pays. Plusieurs dépenses publiques échappent au circuit budgétaire informatisé pour respecter les quatre phases, dont l’engagement, la liquidation, l’ordonnancement et le paiement. CREFDL recommande au Gouvernement congolais à la rationalisation de la dépense publique à travers la réduction de la taille éléphantesque du gouvernement, le basculement au budget-programme doit être une priorité du nouveau gouvernement pour rendre les finances publiques au service de la lutte contre la pauvreté.

Olivier Masini

Article précédentRDC: Le secteur minier dans la province du Lualaba contribuant à hauteur de 60% à la production nationale
Article suivantRDC: le cadastre minier annonce la radiation des personnes physiques détenant des droits miniers

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici