RDC : le FPI noue des partenariats stratégiques avec des entreprises sud coréennes

0
676

En visite de travail dans la ville de Chonan en Corée du Sud, le numéro un du Fonds de promotion de l’industrie, Bertin Mudimu Tshisekedi produit ses fruits. Accompagné des quelques cadres du FPI, leur mission consiste à explorer des opportunités industrielles sud-coréennes en s’appuyant sur les contacts des chercheurs coréens grâce à l’apport du professeur Nkum Frey en qualité de vice-recteur de l’université de Sun Moon. Cette mission a permis au FPI de sceller les nouveaux partenariats industriels pouvant permettre  la production locale de sel alimentaire ou sel de cuisine par la société Coréenne dénommée PRESEAOS, qui a un procédé technologique innovant d’extraction ionique du sel en trois dimensions.

Selon le FPI, l’un des projets qui a été mis sur la table est celui de la production locale de sel alimentaire ou sel de cuisine. Au bout d’une dizaine d’années de recherche et développement la firme sud-coréenne dénommée Preseaos Korea, a mis au point un procédé innovant d’extraction verticale sur 3 Dimensions du sel riche en minéraux à partir de l’eau de mer. Il s’agit de la technologie d’extraction ionique verticale en trois dimensions. Cette technologie permet de rationaliser la production de sel tout en réduisant la dépendance à la main-d’œuvre et en croissant le rendement de production.

Visite de la délégation du FPI au laboratoire de PRESEAOS Korea

Au cours de cette visite, le Président Directeur Général de cette firme coréenne, Monsieur Sangsoo Park a fait savoir que PRESEAOS souhaite aujourd’hui vulgariser cette innovation au monde avec des partenaires stratégiques fiables et de premier rang tel que le FPI. Et la RDC va s’offrir cette technologie grâce aux contacts du Professeur NKUMU FREY qui est un partenaire de la République de Corée depuis des années.

Pour sa part, l’inventeur de cette technologie, le docteur Park Yong Hee a révélé que le système d’extraction ionique en trois dimensions développées par PRESEAOS Korea a le mérite d’éliminer les limites inhérentes aux méthodes traditionnelles d’extraction de sel, de contrecarrer des problématiques telles que l’occupation de l’espace, les perturbations climatiques, les microparticules plastiques et les exigences en personnel. Ce procédé offre une production automatisée ininterrompue tout au long de l’année, engendrant ainsi du sel de qualité supérieure avec un rendement 20 fois supérieur puisque le sel ainsi obtenu, indépendamment des conditions météorologiques et spatiales, est riche en minéraux et se distingue par sa saveur exceptionnelle. C’est ce qu’on appelle la fleur de sel.

Le FPI par le biais de son Directeur Général Bertin Mudimu trouve en ce projet une nouvelle opportunité pour le pays de s’inscrire dans la politique de la lutte contre la pauvreté et la réduction des inégalités.

Ces chercheurs coréens ont affirmé que les résidus de l’extraction du sel sont traités pour l’extraction de minéraux tels que le magnésium, potassium, calcium, strontium et bien d’autres. Cette technologie peut aussi générer plusieurs dérivés dans les applications industrielles aux domaines divers : cosmétique, alimentaire, pharmaceutique, chimique et agricole.

Ensuite, la délégation du FPI est allée visiter le musée du Sel. Sur place, la délégation a vécu la technique de l’extraction du sel par Évaporation Solaire. Il s’agit d’une méthode naturelle utilisée pour extraire le sel des étendues d’eau salée, telles que les marais salants, les lacs salés et les eaux côtières. 

D’autres industries coréennes ont été visitées par la délégation du FPI à savoir : l’Industrie cosmétique, COS NINE et le centre de recherche basé sur les Édifices Intégrant le Système Photovoltaïque, BIPV. Cette dernière a attiré l’attention de la délégation du FPI avec sa technologie facile à être implémentée en RDC. Il s’agit d’une technologie solaire développée sur plusieurs types de supports de construction à savoir : les murs porteurs, les toitures, les carreaux. Ces derniers, sont mis sous forme de panneaux connectés aux batteries. 

Le patron du FPI Bertin Mudimu Tshisekedi et toute sa délégation a saisi cette opportunité combien capital va certainement contribuer à la création d’emplois, à l’acquisition et au transfert des technologies innovantes et des nouvelles compétences, à la réduction de la dépendance vis-à-vis de l’extérieur par la diminution des importations massives, au développement des chaînes de valeur concourant à l’intégration de notre économie et à la valorisation des potentialités locales,etc.

Olivier Masini

Article précédentRDC : le Recic sensibilise les femmes candidates sur les stratégies électorales
Article suivantRDC: La commission Environnement sollicite l’expertise du FPI sur de loi portant principes fondamentaux de l’élevage

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici