Route mbuji-mayi- Kananga: CREFDL fait des grandes révélations sur laudit de l’Inspection Générale des Finances

0
776

La sortie médiatique de l’Inspection Générale des Finances (IGF) au sujet d’un prétendu détournement des fonds alloués au projet de construction de la Route Nationale N°1 (RN1) dans son tronçon reliant la ville de Mbuji-Mayi à celle de Kananga n’a pas laissé indifférent le Centre de Recherche en Finances Publiques et Développement Local (Crefdl) qui vient de contre attaquer l’IGF.

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de Tsieleka, CREFDL appelle l’Inspection Générale des Finances à travailler en toute neutralité et de ne pas se laisser manipuler dans ce dossier des travaux de réhabilitation de la route Mbuji-Mayi Kananga qui sont exécutés par samcrete.

Selon le communiqué de cette organisation de la société civile, ce tronçon a fait l’objet de plusieurs menaces et blocages. Le FPI est victime d’une campagne d’intoxication et de la volonté manifeste de certains responsables de l’Etat qui cherchent à attribuer ce marché à une autre entreprise depuis novembre 2022.

« Comment l’IGF est-elle parvenue à dégager cet écart et affirmer que les travaux réalisés indiqueraient 3.109.000,30 USD soit un taux d’exécution de 11% alors que SAMCRETE n’a pas encore présenté une facture des travaux exécutés comme sollicité par le FPI en attendant le déblocage de la totalité de l’avance de démarrage pour laquelle l’entreprise a déjà disponibilisé la garantie bancaire? », s’interroge CREFDL.

Alors que le FPI avait déjà signé le contrat de réhabilitation de cette route RN1 en 2020, la BAD a encore approuvé une ligne de crédit en décembre 2022 pour financer les travaux de cette même route à hauteur de 650 millions USD, soit le double de la facture proposée par les Égyptiens de 302.863.635,87 $U.

L’IGF a révélé dans un communiqué que l’évaluation des travaux indique que 3 millions USD seulement ont été déjà utilisés et demande la poursuite des travaux avec les 24 millions $, qui auraient été détournés. Elle refuse cependant de valider un nouveau paiement de 29 millions d’USD au profit de la Société SAMCRETE, chargée d’exécuter les travaux

Article précédentGlobal Gateway 2023 : Kinshasa à la recherche des investissements pour la fabrication des batteries électriques
Article suivantRDC: le gouvernement fixe le prix du permis de conduire sans donner des détails sur le début de sa délivrance

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici