RDC: le gigantesque gisement de lithium de manono suscite une bataille au sein du conseil d’administration

0
269

La bataille pour le contrôle d’un énorme gisement de lithium inexploité est passée à la vitesse supérieure, le principal actionnaire d’AVZ Minerals Ltd. ayant indiqué qu’il soutiendrait l’éviction du conseil d’administration de la société minière australienne.

Le projet Manono, en République démocratique du Congo, pourrait constituer l’une des plus grandes sources mondiales de lithium, mais, après avoir acquis les droits d’exploration il y a sept ans, AVZ s’est retrouvée coincée dans des procès et des arbitrages contre ses partenaires et le gouvernement congolais. La concurrence pour le développement de nouvelles sources de lithium s’est intensifiée ces dernières années en raison de l’explosion attendue de la demande de véhicules électriques, bien que le prix ait chuté cette année en raison d’une surabondance de l’offre.

Yibin Tianyi Lithium Industry Co, un producteur chinois de produits chimiques utilisés dans les batteries de véhicules électriques, a déclaré qu’il voterait en faveur de la révocation des administrateurs. « Nous sommes très déçus par le travail du conseil d’administration actuel », a déclaré un représentant de l’entreprise dans une réponse écrite aux questions posées. « Le projet Manono a déjà raté le meilleur moment pour se développer.

Zhejiang Huayou Cobalt Co. – le deuxième actionnaire le plus important – soutiendra également la tentative de destitution des administrateurs lors d’une réunion à Perth jeudi, selon un groupe appelé Make Manono Great Again, ou MMGA, qui mène la campagne.

Huayou Cobalt n’a pas répondu à une demande de commentaire, tandis qu’AVZ s’est refusée à tout commentaire. Yibin Tianyi et ses filiales contrôlent environ 7 % des actions de la société minière cotée en Australie et Huayou Cobalt en détient environ 6 %. Le groupe MMGA ne détient que 0,14 %.

AVZ avait une capitalisation boursière de 2,75 milliards de dollars australiens (1,8 milliard de dollars) avant l’arrêt des transactions en mai 2022, dans l’attente que le Congo convertisse le permis d’exploration en un permis qui lui permettrait de construire une mine. Les autorités de ce pays d’Afrique centrale ont ensuite retiré le permis au début de l’année en raison de conflits persistants entre les actionnaires, avant de diviser la zone d’exploration en deux le mois dernier, en donnant la partie nord à Zijin Mining Group Ltd. et à la société d’État congolaise Cominiere.

AVZ et son directeur général, Nigel Ferguson, ont fait valoir que cette décision était illégale. La semaine dernière, un arbitre de la Chambre de commerce internationale de Paris a ordonné à Cominiere de cesser toute activité d’exploitation de la zone couverte par le permis jusqu’à ce que la CCI examine la plainte d’AVZ.

MMGA a promis de mettre fin à « toutes les questions juridiques coûteuses et inefficaces » dans le mois suivant sa nomination, de négocier avec le gouvernement et les actionnaires pour conserver au moins une partie du projet, et de commencer le développement dès que possible.

Le sort de M. Ferguson et de ses co-directeurs dépendra en fin de compte des investisseurs australiens, particuliers et institutionnels, qui contrôlent AVZ. MMGA a déclaré que la direction actuelle a conduit le projet Manono dans une impasse qui pourrait lui faire perdre la totalité de l’actif.

« La société se noie littéralement dans une mer de litiges », a déclaré Michael Carrick, qui brigue un siège au conseil d’administration sur la liste de MMGA. « Le gouvernement a effectivement claqué la porte du conseil d’administration actuel d’AVZ et a dit que c’en était assez.

Article précédentRDC: Africa Digital Academy va former 100 000 agents publics au numérique 
Article suivantElections de 2023: l’AETA forme près de 70 formateurs des témoins des partis et regroupements politiques pour une surveillance électorale 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici