RDC: le cuivre congolais est ce que tout le monde recherche

0
219

Ivanhoe Mines reçoit un flot constant de pairs désireux d’apprendre les secrets de son succès en République démocratique du Congo, mais elle ne signera pas d’entente de partenariat sur de nouvelles découvertes aussi rapidement qu’elle l’a fait avec Kamoa Kakula, selon la présidente Marna Cloete.

« Tout le monde a frappé à notre porte, essayant de comprendre ce que nous faisons, essayant de voir comment nous l’avons fait », a déclaré Mme Cloete lors d’une interview accordée mardi à The Northern Miner à Riyad. « Kamoa va générer d’importants flux de trésorerie dans un avenir proche, alors pourquoi nous diluer ? Nous avons un savoir-faire dans le pays, alors pourquoi faire appel à un acteur tiers pour compliquer davantage les choses ?« 

Fondée par le milliardaire de l’industrie Robert Friedland, prévoit de commencer la production de sa mine de zinc Kipushi en RDC au cours du deuxième trimestre. Trois mois plus tard, elle souhaite augmenter la production de Kamoa Kakula, la même coentreprise avec la société chinoise Zijin Mining, pour atteindre 490 000 tonnes de cuivre, contre 393 551 tonnes l’année dernière. Le projet de platine Platreef d’Ivanhoe en Afrique du Sud devrait démarrer au même moment.

Article précédentRDC: Des organisations de la société civile demandent au gouvernement de sécuriser le DEV avant, pendant et après les élections
Article suivantRDC: CREFDL relève l’opacité dans la procédure d’achat du matériel électoral

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici