RDC: la Gécamines prévoit de réorganiser ses coentreprises de cuivre et de cobalt

0
467

L’entreprise minière publique de la République démocratique du Congo intensifie ses efforts pour tirer davantage de ses coentreprises de cuivre et de cobalt, en cherchant à négocier des participations plus élevées dans tous les domaines afin d’exercer une influence sur la gestion de certaines de ses plus grandes mines.

La Gecamines s’appuie également sur sa participation existante dans les mines pour négocier des contrats d’enlèvement dans le but de commercialiser le cuivre et le cobalt par ses propres moyens.

L’entreprise minière souhaite que davantage de cadres locaux siègent aux conseils d’administration des coentreprises afin d’avoir plus de poids dans la gestion des actifs, a déclaré Guy Robert Lukama, le président de la Gecamines.

Ces plans pourraient impliquer la révision de certains termes d’accords que la Gecamines juge défavorables pour tirer parti de la ruée mondiale sur les minerais essentiels à la transition vers l’énergie verte.

« Nous voulons réparer un certain nombre d’erreurs commises lorsqu’on nous a demandé de céder la plupart de nos meilleurs actifs à des tiers dans le seul but d’attirer des investissements directs étrangers« , a déclaré le président de l’entreprise minière publique qui, à son apogée en 1986, produisait plus de 490 000 tonnes de cuivre et de cobalt, mais qui n’est aujourd’hui plus que l’ombre de ce qu’elle était.

Les sociétés minières chinoises ont joué un rôle clé dans l’augmentation de la production du plus grand fournisseur mondial de cobalt, un composant essentiel des batteries pour les véhicules électriques et les téléphones portables. Le Congo est également le troisième producteur mondial de cuivre.

Le gouvernement du président Félix Tshisekedi avait précédemment déclaré que certains contrats étaient fortement biaisés en faveur de la Chine, obligeant certaines entreprises soutenues par l’État à trouver un milliard de dollars supplémentaires dans le cadre d’un pacte renégocié sur les infrastructures pour les minéraux.

Article précédentRDC: le Centre Carter lance le dialogue citoyen pour la maximisation des recettes minières  
Article suivantRDC : Trois contrats d’une valeur d’un milliard USD à la Sicomines annulés par l’ARSP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici